•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parizeau fait le pari de l'éducation

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ancien premier ministre péquiste appelle à une réforme de l'éducation afin de mieux s'adapter à un environnement mondialisé dans lequel, soutient-il, un Québec indépendant serait mieux à même de tirer son épingle du jeu.

Jacques Parizeau n'a pu s'empêcher de rappeler que la victoire avait échappé de peu aux souverainistes au référendum de 1995 avant de marteler, comme il le fait depuis des années, que la mondialisation fait de l'indépendance un impératif.

Dans son discours prononcé à Montréal, à l'occasion du 90e anniversaire de la revue L'Action nationale, l'ancien premier ministre péquiste a fait l'apologie d'une réforme en profondeur du système d'éducation, passage obligé pour s'assurer de tirer son épingle du jeu dans un environnement mondialisé.

Jacques Parizeau déplore que 20 % des Québécois abandonnent l'école sans avoir obtenu leur diplôme, dont une majorité de garçons. Or, souligne-t-il, la garantie d'une indépendance prospère passe par une plus grande productivité et un degré d'innovation plus élevé qu'à l'heure actuelle, ce qui nécessite une population éduquée. Le ténor souverainiste plaide en particulier pour une réforme de la formation professionnelle et technique.

Jacques Parizeau rappelle par ailleurs que, grâce à la mondialisation, qui se caractérise avant tout par le libre-marché, un petit pays peut tout aussi bien réussir qu'un grand pays. À ce chapitre, il affirme que l'accord de libre-échange canado-américain a été à son avis salutaire pour le Québec, qui a ainsi pu s'affranchir davantage du fédéral.

Le ténor souverainiste a appelé la vieille garde souverainiste à passer le flambeau à une nouvelle génération, ajoutant, à la blague, qu'il faut cesser de compter sur les « septuagénaires mal commodes ».

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.