•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connaître ses risques

Des chercheurs américains mettent au point un test sanguin novateur qui, selon les premières études, serait capable d'identifier les personnes atteintes de la maladie neurodégénérative.

Un test sanguin novateur mis au point par des chercheurs américains pourrait bientôt permettre d'identifier les personnes atteintes de l'alzheimer.

Des tests menés à l'Université Stanford montrent que le test identifie ceux qui ont des risques de contracter la maladie neurodégénérative jusqu'à six ans avant que les premiers symptômes apparaissent.

L'alzheimer est reconnue comme une affection difficile à diagnostiquer.

Or, le test détecte des changements qui interviennent dans un groupe de protéines utilisées par les cellules lors de la transmission de messages.

Les scientifiques affirment que le test peut indiquer qui est atteint et qui le sera avec une précision de 90 %.

Actuellement, la maladie, qui touche environ 450 000 Canadiens âgés de plus de 65 ans, est diagnostiquée en éliminant d'autres causes du déclin mental.

Il est difficile de savoir si de légères pertes de mémoire sont précurseurs de l'apparition de l'alzheimer.

Le diagnostic catégorique ne peut, encore aujourd'hui, être établi que lors d'une l'autopsie.

Notre hypothèse est qu'il y a quelque chose qui cloche dans la production de cellules sanguines, quelque chose qui serait nécessaire pour nettoyer ce qui s'accumule dans le cerveau d'une personne atteinte.

Dr Tony Wyss-Coray

Le détail des travaux est publié dans le magazine Nature Medecine.

Les scientifiques ont mesuré le taux de 120 protéines du sang, utilisées au moment de communication intercellulaire, pour s'apercevoir que 18 d'entre elles joueraient un rôle dans l'apparition de la maladie.

Aucun thème sélectionné