•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chiffre magique: 55 000

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement Charest veut fixer à 55 000 par année le nombre de nouveaux arrivants admissibles, soit 16 % de plus qu'actuellement, selon la ministre de l'Immigration, Yolande James.

Le Québec accueillera beaucoup plus d'immigrants d'ici 2010. La radio de Radio-Canada a appris que le gouvernement Charest veut fixer à 55 000 par année le nombre de nouveaux arrivants admissibles, soit 16 % de plus qu'actuellement.

C'est la ministre de l'Immigration, Yolande James, qui a lancé ce chiffre, quelques heures après la fin de la commission parlementaire sur la planification de l'immigration.

Le gouvernement libéral croit qu'il faut accueillir plus d'immigrants en raison des pénuries de main-d'oeuvre qui guettent le Québec. Si l'engagement de la ministre de l'Immigration se réalise, c'est 165 000 nouveaux arrivants qui s'installeront au Québec d'ici 2010.

La ministre James souhaite cependant des budgets accrus pour l'intégration et la francisation, mais refuse de préciser les sommes nécessaires. « Je considère que nous sommes en mesure de bien accueillir des immigrants, jusqu'à 55 000, dans les trois prochaines années, et de bien intégrer les gens qui sont là. »

L'Action démocratique du Québec (ADQ), pour sa part, refuse une telle augmentation en raison des problèmes d'intégration des immigrants. L'ADQ estime également que les services d'accueil sont débordés.

L'ADQ propose le statu quo pour 2008 pour ensuite réévaluer les besoins en immigration. La ministre James n'est pas de cet avis, justifiant que cette planification s'est toujours faite sur une base triennale.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.