•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du trafic de réfugiés au Canada

Radio-Canada

Dans un reportage diffusé à l'émission Enquête, jeudi, le journaliste Jean-Michel Leprince explique les rouages d'un système ayant permis à des centaines de faux réfugiés colombiens d'entrer au pays.

La frontière canadienne est-elle une passoire? Les journalistes Jean-Michel Leprince, de Radio-Canada, et Pablo Gomez Barrios et Martin Movilla, de Radio-Canada international, ont découvert l'existence d'un système complexe de trafic de réfugiés entre la Colombie et le Canada.

Selon un avocat colombien de la commission des droits de la personne du Sénat, qui a témoigné à visage couvert, un réseau de trafiquants a permis à 60 à 80 familles d'être admises au Canada par la fraude, il y a quelques années. Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration de janvier 2002 à décembre 2003, le libéral Denis Coderre admet qu'il y a eu des problèmes, sans toutefois donner de précisions.

Des changements de réglementation ont fait en sorte que les ONG ne peuvent plus parrainer des candidats au statut de réfugié. Celles-ci dénoncent un système qui est maintenant sous l'emprise de l'argent.

Des pots-de-vin versés à des employés d'ambassade permettent d'obtenir des visas pour le Canada ou les États-Unis, de fausses cartes d'identité ou même un vrai passeport mexicain permettant d'entrer au Canada sans visa. Tout cela pour la somme de 4000 $.

Des passeurs permettent ensuite aux immigrants illégaux de traverser la frontière canadienne. Entrent alors en scène des consultants en immigration, employés de grandes firmes d'avocats, qui peuvent fabriquer une histoire de persécution destinée à convaincre les commissaires à l'immigration.

Le Canada accueille chaque année quelque 20 000 réfugiés politiques.

Cette histoire sera présentée dans sa version intégrale dans le cadre de l'émission Enquête, diffusée jeudi à 21 h à la télévision de Radio-Canada et ensuite disponible dès 23 h 30 sur le site Radio-Canada.ca.