•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cocktail explosif

Radio-Canada

L'animateur Paul Arcand signe son deuxième film, qui porte sur la surconsommation de médicaments au Québec. Il s'y interroge sur les causes de l'accélération de cette consommation par les Québécois.

Deux ans après Les voleurs d'enfance, le réalisateur Paul Arcand propose Québec sur ordonnance.

Dans ce documentaire, il tente de répondre à la question: « Pourquoi les Québécois avalent-ils autant de pilules sans poser de questions? »

750 par an

On y apprend que les Québécois avalent en moyenne 750 pilules par année. C'est plus de deux par jour. Partant de ce constat, Paul Arcand se demande pourquoi ils en prennent autant. « Qui sont les responsables de la hausse vertigineuse de la consommation de médicaments? » est une autre question posée par Québec sur ordonnance.

Le film essaie de comprendre pourquoi des patients ont besoin de pilules et des pilules ont besoin de patients. Le réalisateur-animateur s'étonne qu'on aborde rarement ces questions quand on met en cause le système de santé.

Une facture exponentielle

Pourtant, selon lui, la facture de médicaments a explosé et la consommation de pilules ne cesse d'augmenter, et pas seulement en raison du vieillissement de la population. Il met en accusation l'industrie pharmaceutique. C'est « un puissant lobby au Québec autant par son pouvoir économique que par sa capacité à priver une population de médicaments essentiels, dit-il. Avons-nous affaire à une industrie comme les autres ? »

Il demande, notamment, pourquoi le Québec était la province où on prescrivait le moins de Ritalin et où on en prescrit maintenant le plus.

Il n'a jamais été aussi facile de se procurer des médicaments, légalement et illégalement.

Paul Arcand, réalisateur de « Québec sur ordonnance »

Il reconnaît que des médicaments sauvent des vies. Mais, du même souffle, il affirme que des médicaments hypothèquent des vies et constituent une réponse facile à une réalité plus complexe.

De tous les médicaments vendus aux pauvres, ce sont les psychotropes qui arrivent en première place. Une pilule pour oublier, une pilule pour se geler les émotions, une pilule pour être au neutre.

Paul Arcand

Québec sur ordonnance invite à réfléchir sur l'univers où la science se conjugue avec le besoin de profits, où patient rime avec client.