•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réduction de la dette et des impôts

Radio-Canada

Le gouvernement Harper annonce des surplus beaucoup plus élevés que prévu, ce qui lui permet de réduire la dette de 14 milliards de dollars et les impôts de 750 millions. L'opposition critique la hauteur des surplus et la manière dont ils seront utilisés.

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, accompagné de son ministre des Finances, Jim Flaherty, a profité de la publication du rapport financier annuel du Canada, jeudi, pour annoncer que le surplus fédéral, de presque 14 milliards de dollars, lui permettrait de réduire la dette d'un montant équivalent.

Il a aussi annoncé, à Toronto, que les 750 millions qui seront épargnés en paiement d'intérêts sur la dette, ainsi réduite, iront presque en totalité en réductions d'impôts aux particuliers et aux entreprises.

Selon le premier ministre conservateur, l'économie canadienne a connu une autre excellente année, un phénomène qui, conjugué à une saine gestion des dépenses, lui permet de réduire la dette nationale.

L'opposition réplique

Les partis d'opposition à Ottawa s'en sont tous pris au gouvernement conservateur pour la quantité des surplus et la façon dont il va les utiliser.

Le Bloc québécois dit que les surplus sont la preuve qu'Ottawa perçoit trop d'argent. « Ça prouve encore une fois qu'il y a trop d'argent au fédéral pour les compétences qui sont les leurs », a dit le chef Gilles Duceppe.

Le Bloc a ajouté que la hauteur des surplus devrait aussi permettre au gouvernement de satisfaire ses exigences lors du discours du Trône, de l'aide aux travailleurs à l'élimination du pouvoir de dépenser du fédéral.

Le chef néo-démocrate, Jack Layton, n'est pas d'accord avec la façon dont Stephen Harper utilise les surplus budgétaires. Il réclame un débat à la Chambre des communes.

Selon lui, ces surplus ne reflètent pas la réalité puisqu'il y a des besoins urgents pour les infrastructures, comme les ponts et les viaducs, par exemple.

Les libéraux n'ont pas critiqué la façon dont le gouvernement Harper entend utiliser les surplus, car une loi qu'ils ont eux-mêmes adoptée oblige d'affecter le total des surplus à la dette.

Ils ont cependant critiqué le gouvernement pour la somme surprise du budget. Alors qu'ils étaient dans le gouvernement, les libéraux se sont longtemps faits critiquer par les conservateurs pour les surplus surprises des gouvernements Chrétien et Martin. Ils renvoient donc la pareille aux conservateurs. « C'est une promesse brisée. [Stephen] Harper a promis de ne plus avoir de surplus inattendus. Aujourd'hui, il a brisé sa promesse » a indiqué John McCallum, porte-parole du parti en matière de Finances.