•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plaidoyer pour la religion

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au lendemain du forum citoyen qui a fait salle comble à Saguenay, le maire Jean Tremblay présente un mémoire dans lequel il prend la défense de la foi catholique.

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, a présenté un mémoire devant la Commission Taylor-Bouchard jeudi matin.

Allant à l'encontre des nombreux plaidoyers pour la laïcité qui ont été présentés depuis le début de la Commission, M. Tremblay a affirmé que la séparation totale entre l'Église et l'État était quelque chose d'impossible et que la religion devait reprendre la place qu'elle a perdue.

Selon lui, les Québécois semblent confondre laïcité et athéisme. Se présentant comme une personne profondément catholique et laïque, Jean Tremblay pense que si la religion ne doit pas interférer dans les affaires de l'État, l'État ne devrait pas quant à lui intervenir dans les affaires de morale, mais plutôt consulter l'Église en ces matières, par exemple, au sujet de l'enseignement religieux.

« On devrait confier des espaces et demander à nos Églises de bien vouloir nous accompagner dans l'enseignement qu'ils vont faire.[...] Je ne mettrais pas l'avenir moral de mes enfants entre les mains des politiciens. [...] Les politiciens, j'en suis un moi-même, je les côtoie assez souvent pour savoir qu'on doit leur faire confiance avec beaucoup de prudence », souligne-t-il.

Jean Tremblay dénonce également le fait que, selon lui, un certain courant de pensée entraîne actuellement les gens à mépriser et à rejeter la religion. Il croit entre autres qu'il n'y a aucune raison de cesser la prière avant la séance du conseil municipal ou d'enlever le crucifix de l'hôtel de ville, comme cela a été demandé à Saguenay, puisque cela ne fait de mal à personne. M. Tremblay indique que ces demandes n'ont du reste pas été faites par des gens d'autres confessions, mais par des catholiques.

Selon Jean Tremblay, la religion catholique est avec la langue française l'une des grandes richesses du Québec et a permis de mettre en place les valeurs importantes de notre société. M. Tremblay pense donc que, dans le respect des autres religions, l'on devrait redonner sa place au catholicisme, auquel adhère, selon lui, 95 % de la population.

Bien qu'il affirme parler au nom de la Ville de Saguenay et assure que tous les conseillers municipaux ont été informés de ce qui se trouve dans le mémoire présenté, M. Tremblay avoue être l'auteur principal du document.

Au total, une vingtaine de témoignages et de mémoires seront présentés à la commission jeudi.

Un forum citoyen des plus populaires

Mercredi soir, environ 300 personnes se sont rassemblées dans une salle de l'hôtel de l'arrondissement Jonquière pour participer à la première soirée du forum de citoyens. Il s'agit d'un record d'assistance depuis le début des audiences de la Commission.

Comme ce fut le cas en Outaouais, en Abitibi et sur la Côte-Nord, les intervenants ont affirmé qu'il y a des valeurs communes québécoises non négociables. Ils ont surtout parlé de l'importance de la laïcité des organismes publics comme les écoles et les hôpitaux.

D'autres intervenants ont cependant tenu à rappeler le rôle qu'a joué l'Église catholique dans la formation de l'identité québécoise.

Les participants du forum ont aussi défendu les principes de l'égalité de droit entre les hommes et les femmes. Ils ont donc répété leur opposition aux accommodements qui amoindriraient les droits des femmes.

La protection forte de la langue française et sa promotion auprès des nouveaux arrivants a aussi été mentionnée à quelques reprises.

D'autres personnes ont aussi souligné les lacunes dans les capacités d'accueil des immigrants dans les régions comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Un intérêt certain

Les audiences suscitent un grand intérêt dans la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean, même si les institutions publiques de la région n'ont reçu aucune demande officielle d'accommodements raisonnables.

Le portrait de la région pourrait expliquer cette situation. Seulement 0,5 % de la population est formée d'immigrants. Le français est la langue maternelle pour plus de 95 % des citoyens, et la religion catholique domine largement toutes les autres.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.