•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ramadan en orbite

Radio-Canada

Un premier astronaute malaisien, qui s'envolera le 10 octobre vers la SSI, espère observer le jeûne dans l'espace pendant la période du ramadan.

Le premier Malaisien dans l'espace espère pouvoir observer le ramadan en orbite.

L'astronaute Sheikh Muszaphar Shukor prendra la direction de la Station spatiale internationale (SSI) le 10 octobre à bord d'une fusée russe Soyouz.

Le médecin et mannequin de 35 ans affirme qu'il respectera la période de jeûne lorsqu'il le pourra. Toutefois, observer le rituel dans son ensemble sera difficile.

Si on ne peut pas observer le rituel dans l'espace, on est autorisé à le faire en revenant. Mais en tant que musulman, j'espère jeûner dans l'espace.

Sheikh Muszaphar Shukor

Il estime que l'islam est une religion « indulgente », compatible avec les voyages dans l'espace.

Il sera à bord du Soyouz avec le Russe Iouri Malentchenko et l'Américaine Peggy Whitson.

Le mois du ramadan a commencé à la mi-septembre.

Les règles à observer dans l'espace

Le département du Développement islamique de Malaisie a publié un fascicule de 20 pages qui précise les règles à observer dans l'espace pendant le ramadan, des prières aux ablutions.

De façon théorique, un musulman devrait prier 80 fois par jour à bord de la SSI puisque cette dernière effectue 16 rotations toutes les 24 heures autour de la Terre. Le fascicule de l'astronaute musulman a réduit toutefois cette obligation à cinq fois par jour, comme sur terre, l'heure des prières correspondant à celle de Baïkonour.

De plus, le guide explique comment prier en apesanteur. Si l'astronaute ne peut se tenir debout, il peut se baisser et même s'asseoir. Si c'est impossible, il peut s'allonger.