•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Changer ses habitudes

Toute la journée de vendredi, les Québécois sont invités à laisser de côté les sacs de plastique lorsqu'ils font leurs emplettes.

Au Québec, environ 2 milliards de sacs par année sont remis aux consommateurs lors de leurs emplettes. La plupart prennent rapidement le chemin des sites d'enfouissement où ils mettent jusqu'à 400 ans à se décomposer.

C'est pourquoi, le 21 septembre, l'organisme de sensibilisation à l'environnement Festival mondial de la Terre incite la population à délaisser les sacs de plastique pour d'autres solutions plus écologiques.

Les organisateurs souhaitent répéter l'événement trois autres fois dans l'année à venir soit les 21 mars, 21 décembre et 21 juin prochain.

Un phénomène mondial, mais des pays à l'avant-garde

Partout sur la planète, les sacs de plastique sont très présents. Chaque année, les Américains en utilisent 380 milliards et les Français, 17 milliards.

Toutefois, certaines municipalités et certains pays ont décidé d'agir. Depuis le 22 mars dernier, la municipalité de Leaf Rapids située au nord du Manitoba a banni le sac en plastique. En première mondiale, elle a adopté un règlement qui en interdit la distribution par les commerçants. Les magasins pris en faute encourent une amende de 1000 $.

Le 11 octobre 2005, la France a voté l'interdiction des sacs et emballages de plastique non biodégradable à compter de 2010. Plusieurs pays imposent une taxe sur les sacs de plastique, pour en décourager l'utilisation. Ainsi, en Irlande, l'utilisation de ces sacs a été réduite de 90 % après qu'une taxe à l'utilisation a été votée en 2002.

Un impact sur la faune et la flore

Ces sacs, très légers, sont souvent emportés par le vent et atterrissent dans les lacs et les rivières. Les animaux les confondent parfois avec de la nourriture.

Tous les jours, des oiseaux et des poissons meurent étouffés par des sacs. Des baleines et des tortues ont même été retrouvées l'estomac rempli de sacs de plastique.

Des actions

En juin 2006, une pétition de plus de 100 000 noms en faveur de l'adoption d'un projet de loi visant à réduire la quantité de sacs de plastique a été remise à l'Assemblée nationale du Québec. Ce projet n'a toujours pas été accepté.

En août dernier, le fondateur de l'organisme Ecocontribution, Jacques Lalonde, demandait au gouvernement du Québec d'imposer une « écotaxe » de 20 ¢ par sac de plastique fourni par les commerces aux clients qui les demandent.

Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs serait intéressé par l'idée. Les conseillers de la ministre Line Beauchamp ont demandé à Jacques Lalonde de préparer un rapport que l'écologiste doit remettre en octobre.

Aucun thème sélectionné