•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Surprise sur Neptune

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le pôle Sud de la huitième et dernière planète du système solaire est beaucoup plus chaud que le reste de l'astre, affirme une équipe internationale d'astronomes.

Le pôle Sud de Neptune est beaucoup plus chaud que le reste de l'astre, affirme une équipe internationale d'astronomes qui a publié la première carte des températures de la basse atmosphère de la géante gazeuse.

Cette caractéristique particulière de la dernière planète du système solaire permettrait au méthane de s'échapper de la dense atmosphère.

La température est si élevée que le méthane, qui devrait geler dans les hautes zones de l'atmosphère, peut s'échapper à partir de cette région.

Une citation de :Glenn Orton, NASA

La découverte a été rendue possible grâce au télescope de l'Observatoire européen austral situé au Chili.

Les scientifiques savaient que l'atmosphère de la huitième planète à partir du Soleil contenait énormément de méthane au pôle Sud, environ huit fois plus qu'au pôle Nord.

L'analyse infrarouge des images a permis d'en expliquer la raison: le phénomène vient de la différence des températures dans son atmosphère.

Le pôle Sud de la huitième planète du système solaire, où une année dure 165 années terrestres, est constamment ensoleillé depuis 40 ans.

En outre, les données recueillies montrent l'existence d'une région où la température est supérieure de trois degrés à celle des zones contiguës.

Selon les chercheurs, l'atmosphère de Neptune est peut-être plus active que celle de deux autres planètes gazeuses bien plus proches du Soleil, Jupiter et Saturne.

Neptune n'a été visitée que par une seule sonde, Voyager 2, qui est passée près de la planète le 25 août 1989.

Le détail de l'étude est publié dans le journal Astronomy and Astrophysics.

Neptune 101

Cette géante gazeuse a été identifiée par l'astronome allemand Johann Gottfried Galle, en 1846. Son nom vient du dieu romain des océans, Neptune. Elle n'est pas visible à l'oeil nu et apparaît comme un disque bleu-vert à l'aide d'un télescope.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.