•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Changement de paysage

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les châteaux forts libéral et bloquiste d'Outremont et de Roberval-Lac-Saint-Jean passent respectivement au NPD et aux conservateurs. Le Bloc conserve Saint-Hyacinthe-Bagot.

Les Québécois de deux des trois circonscriptions fédérales où avaient lieu des élections complémentaires, lundi, ont opté pour le changement.

Dans Outremont, le candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, l'a emporté sur le libéral Jocelyn Coulon. Avec 166 bureaux de vote dépouillés sur 168, M. Mulcair avait 48,4 % des voix, contre 28,4 % pour M. Coulon. Les libéraux n'avaient cédé qu'une fois cette circonscription depuis 1935, soit en 1988, lors de l'élection du gouvernement conservateur de Brian Mulroney.

Le siège avait été laissé vacant par le départ de l'ex-bras droit de l'ancien premier ministre Paul Martin, Jean Lapierre, qui a quitté son siège en janvier dernier pour retourner dans le monde des médias, environ un an après les élections de janvier 2006.

Thomas Mulcair devient le deuxième député pour le NPD dans l'histoire du Québec. En 1990, Phillip Edmonston avait été élu lors d'une élection partielle.

C'est un Thomas Mulcair rayonnant qui s'est présenté devant ses partisans dans son quartier général d'Outremont. Après avoir félicité tous les candidats, M. Mulcair a remercié les électeurs d'avoir « voté pour le changement ». Il a ensuite promis de défendre à Ottawa leurs préoccupations pour la paix et l'environnement, entre autres. Le chef Jack Layton, qui était aux côtés de son nouveau député, s'est félicité que les Québécois aient « choisi une nouvelle orientation ».

Accompagnant son candidat défait, le chef libéral Stéphane Dion s'est adressé aux partisans libéraux rassemblés dans le local de circonscription. M. Dion a concédé que la défaite était un moment difficile, mais a assuré que le parti était en bonne forme et qu'il allait rebondir. Il a dit croire que son parti allait remporter les prochaines élections générales.

Il a ensuite décoché une flèche au Bloc québécois, qui a perdu la circonscription de Roberval-Lac-Saint-Jean et qui a vu ses appuis diminuer dans Saint-Hyacinthe-Bagot. « Les partis qui croient au Canada ont progressé ce soir », a-t-il dit.

D'un bleu à l'autre

Dans Roberval-Lac-Saint-Jean, le candidat conservateur, le maire sortant de Roberval, Denis Lebel, a réussi à enlever la circonscription au Bloc québécois. M. Lebel a recueilli 59,4 % des voix. Sa plus proche rivale, la bloquiste Céline Houde n'a obtenu que 27 % des voix.

Le choix des électeurs de Roberval-Lac-Saint-Jean entraîne un renversement de tendance. La circonscription était détenue de façon ininterrompue par le bloquiste Michel Gauthier depuis 1993. Les conservateurs remportent ainsi une deuxième circonscription dans la région, après celle représentée par Jean-Pierre Blackburn.

Devant ses partisans, le nouveau député conservateur a reconnu que la circonscription était aux prises avec des problèmes économiques importants, notamment en raison de la crise forestière. Il a promis d'aider la région à se relever.

Le Bloc sauve les meubles

Dans Saint-Hyacinthe-Bagot, Ève-Mary Thaï Thi Lac, est parvenue à conserver la circonscription dans le giron bloquiste. Elle a obtenu 42,1 % des suffrages, contre 37,5 % pour le conseiller municipal et homme d'affaires Bernard Barré, qui se présentait pour les conservateurs.

La circonscription avait été laissée vacante par le départ du bloquiste Yvan Loubier.

Venu appuyer sa candidate, le chef bloquiste, Gilles Duceppe, a dit que son parti, pour lequel l'appui a baissé dans chacune des circonscriptions, avait entendu le message des électeurs. Faisant référence au discours du Trône à venir en octobre, il a ajouté que les exigences du Bloc ne diminueront pas dans les dossiers qui lui tiennent à coeur.

Les résultats des élections partielles ne modifient pas la situation du gouvernement minoritaire de Stephen Harprer. Les conservateurs détiennent maintenant 126 députés, les libéraux 96, les bloquistes 49 et le NPD 30. Il y a trois députés indépendants et quatre sièges toujours vacants.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.