•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux têtes mises à prix

La section irakienne d'Al-Qaïda offre une récompense pouvant aller jusqu'à 150 000 $ pour l'auteur d'une représentation du prophète Mahomet. Une somme est aussi offerte pour le rédacteur en chef du journal suédois qui l'a publiée.

Al-Qaïda a lancé un appel au meurtre pour une caricature récente du prophète Mahomet publiée en Suède.

Samedi, le chef de l'État islamique d'Irak autoproclamé par la section irakienne du réseau Al-Qaïda a offert une récompense pour le meurtre de Lars Vilks, le dessinateur suédois qui a représenté la tête du prophète Mahomet greffée sur le corps d'un chien.

Dans son interprétation la plus stricte, l'Islam interdit toute représentation de Mahomet. Le chien est aussi considéré comme impur par les musulmans.

La caricature a été publiée le 18 août dernier, dans Nerikes Allehanda, un journal local d'Örebro, à l'ouest de Stockholm.

« Nous appelons à faire couler le sang de ce Lars qui a osé insulter notre Prophète [...] Au cours de ce mois de grande munificence [du ramadan], nous annonçons une récompense de 100 000 $ pour la personne qui tuera ce criminel infidèle », a affirmé Abou Omar Al-Baghdadi, dans en enregistrement audio diffusé sur Internet.

Le dirigeant ajoute que la récompense sera de « 150 000 $ s'il est égorgé comme un agneau ». Une récompense de 50 000 $ est également promise à la personne qui tuerait le rédacteur en chef du journal qui a publié la caricature.

Abou Omar Al-Baghdadi exige aussi des excuses des « croisés » en Suède, sinon il menace d'attaquer les grandes entreprises du pays, telles Ericsson, Scania, Volvo, IKEA et Electrolux.

Les services de sécurité suédoise disent prendre les menaces très au sérieux. Ils s'inquiètent surtout de la réaction des musulmans en Suède.

Le dessinateur visé par l'appel au meurtre se trouve présentement à l'extérieur de la Suède. Il dit se sentir en sécurité, mais affirme être vigilant. Pour sa part, le rédacteur en chef du journal dit être en contact constant avec les policiers pour déterminer la suite des choses.

Il s'agit de la deuxième affaire concernant des caricatures de Mahomet à survenir en moins de deux ans en Europe. Au début de 2006, des caricatures du prophète Mahomet, publiées plus tôt dans un journal danois, avaient été reprises par plusieurs publications européennes. L'affaire avait conduit à une explosion de violence dans le monde musulman et au boycottage des produits danois.