•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau sommet

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La décision de l'OPEP de n'augmenter que de 500 000 barils par jour sa production et la crainte d'une nouvelle baisse des réserves aux États-Unis propulsent le prix du brut américain à 80,18 $US le baril.

Le prix du pétrole brut américain a atteint un nouveau sommet, mercredi. Il a brièvement franchi le cap de 80 $US atteignant 80,18$ le baril, une première de tous les temps. Il a clôturé à 79,91 $US le baril, un gain de 1,68 $US.

Le département de l'Énergie américain a déclaré, mercredi, que les inventaires américains avaient chuté, la semaine dernière, de 7,01 millions de barils pour atteindre 322,6 millions de barils, propulsant ainsi le prix du brut.

Les prix ont aussi monté à la suite de l'annonce de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), mardi, d'augmenter sa production de 500 000 barils par jour, le 1er novembre. Ce nombre est de beaucoup inférieur à ce que les analystes prévoyaient.

Rick Mueller, analyste pour Energy Security Analysis Inc. a déclaré à Bloomberg.com qu'« une diminution de 7 millions de barils, c'est énorme en une semaine. On a l'impression que l'OPEP a attendu trop longtemps avant de bouger ».

Par ailleurs, le taux d'utilisation des capacités des raffineries a reculé de 1,6 point, pour atteindre 90,5 %, ce qui a aussi provoqué des tensions sur le marché, qui croyait que la baisse ne serait que d'un dixième de point seulement.

Tous ces chiffres auront renforcé l'idée de plusieurs investisseurs que l'augmentation de la production de 500 000 barils par jour de l'OPEP sera insuffisante pour calmer les inquiétudes liées à l'état des réserves de pétrole des pays consommateurs à la veille de l'hiver.

Toutefois, l'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui demande à l'OPEP qu'elle produise davantage, a estimé, mercredi, que la demande augmenterait moins vite que prévu au quatrième trimestre 2007 et en 2008. L'AIE s'attend à ce que le niveau élevé des cours freine encore la consommation.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.