•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Colorants et additifs alimentaires montrés du doigt

Radio-Canada

Ces substances renforcent les comportements hyperactifs des enfants, montrent des travaux menés par des chercheurs anglais.

Une étude britannique relance le débat concernant le rôle des additifs alimentaires dans l'apparition de l'hyperactivité chez les jeunes.

Des chercheurs de l'Université de Southampton ont mené des tests sur le comportement d'enfants de 3 ans et de 8 et 9 ans. Certains d'entre eux ont reçu un cocktail d'additifs alimentaires et d'autres un simple jus de fruit. L'essai a été réalisé à double insu, c'est-à-dire que ni les chercheurs, ni les enfants ne savaient ce que ces derniers consommaient. Les résultats sont clairs.

Nous avons montré un effet défavorable des additifs alimentaires sur le comportement hyperactif des enfants de 3 ans et de 8-9 ans.

Jim Stevenson, University Southampton

De plus, ces effets négatifs n'ont pas été constatés uniquement sur des enfants présentant de troubles de l'attention ou une hyperactivité.

Ils ont été relevés sur des enfants « avec un éventail complet de degrés d'hyperactivité ».

Ainsi, de façon générale, les jeunes qui ont pris les additifs se sont rapprochés d'environ 10 % de la définition d'enfant hyperactif.

Les additifs alimentaires sont des produits ajoutés aux aliments afin d'en améliorer la conservation, le goût ou l'aspect, comme la couleur par exemple.

Les cocktails d'additifs administrés contenaient un conservateur, le benzoate de sodium, et différents colorants alimentaires.

L'hyperactivité est habituellement associée à des troubles de la concentration et de l'attention et des difficultés d'apprentissage, notamment de la lecture.

Au Canada, entre 5 % et 17 % des filles de 2 à 11 ans et entre 9 % et 23 % des garçons de 2 à 11 ans manifestent souvent des comportements d'hyperactivité.

Les résultats complets de cette étude financée par l'agence alimentaire britannique sont publiés dans la revue médicale The Lancet.

Ces résultats ne sont pas les premiers à mettre en cause l'influence des additifs alimentaires sur la santé des enfants. Déjà, il y a 30 ans, le pédiatre américain Ben Feingold soupçonnait l'effet des additifs sur le comportement des enfants.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.