•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Silence sur les pertes récentes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Lors d'un rassemblement partisan à Victoriaville, le premier ministre Stephen Harper reste muet à propos de la mort de trois militaires de Valcartier en Afghanistan.

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, était de passage à Victoriaville, dimanche, dans le cadre d'un rassemblement partisan devant quelques centaines de personnes.

Il s'agissait de sa première sortie officielle au Québec depuis la mort de trois militaires de la base de Valcartier en Afghanistan. Il n'a d'ailleurs aucunement fait mention des récentes pertes des Forces canadiennes.

M. Harper n'a fait qu'effleurer le sujet de la mission canadienne en Afghanistan, très impopulaire au Québec, où auront lieu trois élections complémentaires le 17 septembre, à Outremont, à Saint-Hyacinthe-Bagot et à Roberval-Lac-Saint-Jean. « Quand des femmes et des hommes se portent [volontaires] et se retrouvent à des endroits dangereux pour défendre nos valeurs et améliorer la vie de nos semblables, nous remercions du fond de notre coeur ces femmes et ces hommes qui portent l'uniforme pour la paix, la liberté et la prospérité [dont] leurs efforts nous permettent de jouir », a-t-il déclaré.

Les propos du premier ministre ont davantage été axés sur les thèmes abordés lors de ses précédentes déclarations au Québec, soit les réalisations de son gouvernement: reconnaissance de la nation québécoise, du déséquilibre fiscal, baisses d'impôts, etc.

Des munitions pour l'opposition

De leur côté, les trois partis d'opposition veulent faire de la mission en Afghanistan un enjeu des complémentaires du 17 septembre.

Le Nouveau Parti démocratique réclame en effet le retrait pur et simple des troupes canadiennes en Afghanistan. Le Bloc québécois veut pour sa part que le gouvernement s'engage, dans un éventuel discours du Trône, à retirer les troupes canadiennes d'Afghanistan en février 2009. Le Parti libéral souhaite de son côté que, si elle se poursuit au-delà de février 2009, la mission canadienne soit plus axée sur le développement que sur l'aspect militaire.

Le ministre des Affaires étrangères, Maxime Bernier, qui accompagnait M. Harper à Victoriaville, a expliqué le silence de son chef sur l'Afghanistan comme un choix stratégique: « Il y a eu des événements tragiques, dernièrement, en Afghanistan, et je pense qu'il faut respecter ça. En temps et lieu, nous allons commencer à vendre la mission aux Québécois et aux Canadiens et je suis bien confiant que les Canadiens vont comprendre pourquoi le Canada est en Afghanistan ».

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.