•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d'obstacle à l'autoroute des héros

Radio-Canada

Le gouvernement ontarien est favorable à la proposition d'un groupe de citoyens qui veut rebaptiser une portion de l'autoroute 401 afin de souligner le sacrifice des militaires canadiens morts en Afghanistan.

Le gouvernement de l'Ontario entend répondre à la demande de citoyens qui veulent qu'un tronçon de l'autoroute 401 soit rebaptisé « autoroute des héros » en l'honneur des soldats canadiens morts en Afghanistan.

Le tronçon en question relie Trenton à Toronto. C'est cette route qu'empruntent les convois transportant les dépouilles des soldats tués en sol afghan pour se rendre de la base militaire de Trenton jusqu'au bureau du coroner.

La suggestion de renommer cette portion de 172 km émane de citoyens. Une pétition, qui circule dans Internet pour demander au gouvernement ontarien de faire ce changement, comporte déjà plus de 23 000 signatures.

Le nom d'autoroute des héros est déjà utilisé par les gens qui vont se recueillir le long de la 401 lors du passage de la dépouille d'un soldat.

Le premier ministre, Dalton McGuinty, la ministre des Transports, Donna Cansfield, et le député de la circonscription de Northumberland, Lou Rinaldi, se sont prononcés pour ce changement. La ministre Cansfield souligne qu'elle discute avec les fonctionnaires de son ministère pour entamer le processus par lequel le ministère peut effectuer un tel changement.

John Lamoureux, un vétéran de la guerre de Corée, trouve que l'idée est bonne, mais croit que le terme « héros » n'est peut-être pas approprié.

L'autouroute 416, près d'Ottawa, est déjà dédiée à la mémoire des anciens combattants.

Dalton McGuinty souligne que l'Ontario est toujours à la recherche de nouvelles façons de reconnaître et de souligner le sacrifice et l'engagement des combattants canadiens.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.