•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'OMS craint de nouvelles pandémies

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Organisation mondiale de la santé lance un appel à la solidarité internationale afin de faire face aux prochaines pandémies qui frapperont assurément la population mondiale dans un avenir rapproché.

La grande mobilité des milliards de voyageurs qui sillonnent désormais le globe, qu'on estime à plus de 2,1 milliards par an, contribue grandement à accroître le risque du déclenchement de nouvelles pandémies.

C'est ce que rapporte l'Organisation mondiale de la santé dans un rapport publié jeudi.

L'institution des Nations unies qui se consacre aux questions sanitaires estime qu'il importe d'améliorer la coopération internationale et l'accessibilité des pays les plus pauvres aux nouveaux médicaments.

Selon les responsables de l'OMS, l'un des moyens les plus efficaces pour lutter contre les éventuelles épidémies consiste à accroître l'échange des données scientifiques propres à chaque mutation des agents pathogènes et procéder à des échanges technologiques pour que chaque pays soit à niveau.

Cette remarque de l'OMS quant à la nécessaire amélioration de la coopération pourrait fort bien être perçue comme une critique à l'égard de l'Indonésie et de la Chine, deux pays qui ont refusé pendant longtemps de remettre à la communauté scientifique internationale leurs propres échantillons du dangereux virus de la grippe aviaire H5N1. Les gouvernements de ces deux pays voulaient ainsi s'élever contre le coût prohibitif des médicaments issus de leurs échantillons et fabriqués par les grands laboratoires pharmaceutiques, essentiellement occidentaux.

De plus, l'OMS déplore que plusieurs gouvernements refusent de reconnaître publiquement l'apparition d'un virus quelconque et que, encore aujourd'hui, près de la moitié des alertes épidémiques sont transmises aux Nations unies par le biais des médias.

Cette lutte est d'autant plus nécessaire, selon l'OMS, que l'on a recensé, depuis les 40 dernières années, 39 nouveaux agents pathogènes, dont le sida, les fièvres hémorragiques d'Ebola ou encore le SRAS. Au cours des cinq dernières années, l'OMS a identifié à l'échelle planétaire plus de 1100 épidémies et plusieurs de celles-ci se révèlent de plus en plus résistantes et difficiles à juguler, en raison d'un usage abusif pendant des années d'antibiotiques à large spectre.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.