•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'enquête se poursuit

La Sûreté du Québec poursuit son travail et continue d'étudier la piste gaspésienne, une région où la fillette de 9 ans aurait été vue quelques jours après sa disparition.

Cédrika Provencher est portée disparue depuis 23 jours. Une vingtaine d'enquêteurs de la Sûreté du Québec et de la police de Trois-Rivières poursuivent leur enquête pour tenter de retrouver la fillette de 9 ans. La piste de la Gaspésie, où Cédrika aurait été vue quelques jours après sa disparition, est actuellement étudiée.

Jeudi, la famille de la jeune fille a également reçu l'appui de cinq personnes qui ont vécu des drames semblables. C'est la deuxième fois que la famille Provencher s'entretient notamment avec Pierre-Hugues Boisvenu et Michel Surprenant qui ont tous deux perdu leurs filles.

Espoir de la retrouver vivante

Si la thèse de l'enlèvement est toujours privilégiée par la SQ, voilà que des informations très crédibles laissent croire aux agents que la fillette pourrait être vivante.

« Dans le courant de la semaine dernière, on a reçu à quelques reprises des informations très crédibles qui nous mentionnaient qu'ils avaient aperçu la jeune fille à différents endroits. Alors, il y a eu une enquête qui a été effectuée. Malheureusement, on n'a rien de tangible pour le moment », explique le porte-parole de la SQ, Richard Gagné.

Des barrages ont notamment été mis en place dans les derniers jours dans la région de la Gaspésie et à Rivière-du-Loup.

Un autre témoignage

Selon des informations dévoilées mardi, la SQ a recueilli le témoignage d'une quatrième fillette qui prétend avoir été abordée par un homme cherchant son chien.

Un individu aurait donc approché quatre filles quelques jours avant la disparition de Cédrika survenue le 31 juillet dernier.

Depuis le début de l'enquête policière, la SQ a reçu plus de 3000 informations. Des dizaines d'enquêteurs ont déjà vérifié 1000 informations et ont rencontré plus de 1200 personnes pour des vérifications.