•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autre attentat-suicide dans Kandahar

Radio-Canada

Un kamikaze tue un chef de police et ses trois enfants dans le district de Zhari, à l'ouest de la ville de Kandahar, pendant que deux soldats canadiens sont blessés par l'explosion d'une bombe artisanale.

Le chef de police du district de Zhari de la province de Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan, a été tué avec ses trois enfants dans un attentat-suicide survenu vendredi.

Le gouverneur Khairuddin sortait de sa maison avec ses enfants lorsqu'un kamikaze s'est approché et a actionné sa charge explosive. Les quatre sont morts sur le coup.

La famille se rendait faire le sacrifice traditionnel d'un mouton, pour ensuite distribuer sa viande aux pauvres des environs.

En Afghanistan, les gouverneurs sont nommés par le président Hamid Karzaï. L'insurrection talibane opposée à ce gouvernement est particulièrement active dans la province de Kandahar. Selon des chiffres fournis par la Force internationale d'assistance à la sécurité, 66 attentats-suicides ont été commis de janvier à juin dernier dans le pays, contre 47 pendant toute l'année 2006.

Deux soldats canadiens blessés

Par ailleurs, un blindé léger canadien a roulé sur une bombe artisanale, dans le district de Zhari, à 30 km à l'ouest de Kandahar. Deux des soldats faisant partie de ce convoi de ravitaillement ont été blessés.

Les deux blessés ont été transportés par hélicoptère à la base de Kandahar. Le blindé, lourdement endommagé, a été abandonné sur place et sera récupéré plus tard.

Quelque 2500 soldats canadiens, dont un fort contingent basé à Valcartier au Québec, sont déployés en Afghanistan dans le cadre de la mission des Forces canadiennes. Depuis 2002, 66 militaires et un diplomate canadiens ont perdu la vie en Afghanistan.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.