•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une école illégale doit fermer

Radio-Canada

L'école mennonite de Roxton Falls où 11 élèves âgés entre 6 à 13 ans étudient doit fermer ses portes. Le ministère de l'Éducation juge que l'établissement est illégal.

L'école mennonite de Roxton Falls doit fermer ses portes. Le ministère de l'Éducation considère que l'école est illégale, car elle offre des enseignements religieux puisés dans la Bible et qui rejettent la théorie de l'évolution de Darwin. L'établissement ne détient aucun permis du ministère, tout comme les professeurs qui donnent les cours aux 11 enfants âgés entre 6 à 13 ans.

Le ministère ordonne au président de l'Église de Dieu en Christ de mettre fin à cet enseignement sous peine de poursuites judiciaires s'il décidait de tout de même continuer.

Selon le ministère de l'Éducation, il n'y a aucun compromis possible. « Il faut avoir des enseignants qui sont légalement qualifiés pour fournir un enseignement et il faut aussi dispenser le programme qui est en application officiellement dans toutes les écoles du Québec », affirme François Lefebvre du ministère de l'Éducation.

Une partie de la petite communauté songe maintenant à déménager en Ontario. Les citoyens et les commerçants de la petite municipalité de Roxton Falls souhaitent que les résidents ne partent pas ailleurs.

Roxton Falls compte 1308 habitants. Le départ d'une quinzaine de familles représenterait une perte importante tant au niveau économique que social.

Même le maire, Jean-Marie Laplante, veut que cette communauté continue à vivre dans sa municipalité. « Ce sont des gens qui sont bons. Ils sont corrects. Ils s'intègrent avec nous. Ce sont des gens qui font même du bénévolat chez nous », souligne-t-il.

M. Laplante a pris les grands moyens pour faire en sorte que les membres de cette communauté restent à Roxton Falls. Il a envoyé une lettre au ministre de l'Éducation et au premier ministre du Québec.

Toutefois, le temps presse. Les élus de la région ont peu de temps pour se mobiliser, car la rentrée des classes est prévue dans deux semaines.