•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des voix s'élèvent aux États-Unis

Radio-Canada

Un sénateur démocrate suggère de soumettre tous les jouets peints dans l'Empire du Milieu à une inspection immédiate. Le premier ministre canadien Stephen Harper veut aborder le sujet au sommet Canada-États-Unis-Mexique de Montebello.

Le rappel de 18,6 millions de jouets fabriqués en Chine pour le compte de Mattel suscite de vives réactions aux États-Unis, où le sénateur démocrate Dick Durbin suggère de soumettre tous les jouets peints dans l'Empire du Milieu à une inspection immédiate.

« Je crois que nous devrions temporairement retenir tous les jouets peints en Chine et les inspecter », a-t-il affirmé, défendant l'idée qu'il fallait intercepter des jouets contaminés avant qu'ils ne soient mis sur les tablettes des détaillants.

« Nous ne pouvons plus attendre davantage que la Chine prenne des mesures sévères au sujet de ses normes de sécurité. Ceci doit cesser avant que davantage d'enfants et de familles soient mis en danger », a expliqué le sénateur.

En collaboration avec le sénateur Bill Nelson, M. Durbin a déposé le mois dernier un projet de loi qui renforcerait les pouvoirs de la Commission de sécurité des produits de consommation (CPSC).

Le projet de loi ferait en sorte que des laboratoires indépendants inspecteraient tous les jouets destinés au marché américain. Il permettrait en outre à l'agence fédérale d'intervenir plus rapidement et de punir plus sévèrement les entreprises qui ne respectent pas les normes américaines.

Harper réagit

Le premier ministre canadien a été plus circonspect dans sa réaction. Assurant qu'Ottawa est « préoccupé » par la situation actuelle, il a affirmé que la question serait abordée lors du sommet Canada-États-Unis-Mexique, qui aura lieu à Montebello la semaine prochaine.

« Nous ne sommes pas le seul gouvernement concerné. C'est aussi un grand problème aux États-Unis et dans d'autres pays », a-t-il soutenu.

La Chine se fait rassurante

La Chine a réagi comme elle l'avait fait lors du précédent rappel de jouets décidé début août par Mattel. Un officiel de l'Administration du contrôle de qualité a assuré à l'AFP que la « vaste majorité » de ses exportations vers les États-Unis répondaient « aux normes américaines ».

L'agence chinoise responsable des inspections a tout de même indiqué qu'elle ouvrait une enquête à ce sujet. Elle collaborera à cet effet avec Mattel et avec la CSPC.

Selon Mattel, les véhicules Sarge de la collection Cars rappelée lundi ont été peints par la firme Hong Li Da (HLD), un sous-traitant de la firme Early Light Industrial Co. Mattel accuse HLD de ne pas avoir utilisé la peinture que lui avait fournie Early Light.

La plupart des jouets rappelés mardi l'ont toutefois été en raison de petits aimants pouvant se détacher. Une membre d'un groupe de producteurs de jouets chinois, la China Toy Association, a déclaré à l'agence Reuters que ce problème était connu depuis mars dernier, sans fournir d'explications sur le délai qui a précédé le rappel de lundi.

L'enjeu économique est important pour la Chine, qui est le principal producteur de jouets au monde. Les exportations de ses fabricants atteignent les 18 milliards de dollars.

Toute personne possédant un jouet faisant l'objet d'un rappel est priée de contacter Mattel Canada au 1 800 916-4997.

Un rappel chinois

L'organe officiel du régime chinois, l'agence Xinhua, rapporte par ailleurs que l'Administration du contrôle de qualité vient d'interdire l'importation de trois types de biscuits fabriqués en Indonésie pour le compte de la firme américaine Campbell en raison de taux excessifs d'aluminium.

Selon l'agence, 3,6 tonnes de biscuits fabriqués par la firme P.T. Arnott contenaient une concentration d'aluminium se situant entre 280 et 320 parties par millions (ppm), alors que le niveau permis par les autorités chinoises est de 100 ppm.

Campbell n'a pas réagi à cette annonce.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.