•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau lien entre la 40 et la 440?

Radio-Canada

Les maires des municipalités de l'Ouest de l'île et leur homologue de Laval souhaitent la construction d'un nouveau lien routier entre la 40 et la 440 à l'ouest de l'autoroute 13. Autoroute ou boulevard urbain, telle est la question.

Un projet vieux de 35 ans refait surface dans l'Ouest de l'île de Montréal, selon le quotidien The Gazette.

Les maires des municipalités et le maire de Laval, Gilles Vaillancourt, sont en désaccord sur le projet. Si tous s'entendent sur la nécessité de construire un nouveau lien routier entre les autoroutes 40 et 440, le type de route demeure litigieux. Les maires de Kirkland, de Pierrefonds et de l'Île-Bizard souhaitent l'aménagement d'un boulevard urbain, alors que le maire Vaillancourt plaide en faveur d'une autoroute.

Le but de cette nouvelle construction est de désengorger le réseau routier de l'Ouest de l'île de Montréal.

Initialement élaboré pour faire une boucle sur le pourtour nord de l'île de Montréal, le projet avait été abandonné à la suite d'un moratoire déposé en 1977 qui suspendait la construction d'autoroute dans la région de Montréal. Mais avec la relance des projets des autoroutes 25 et 30, le projet de l'Ouest de l'île a été ressuscité.

Les maires des municipalités de l'Ouest de l'île ont pris les devants en approchant le ministère des Transports du Québec (MTQ) pour mettre la main sur des terrains expropriés à l'époque de la construction de l'autoroute 440.

Le maire de Laval, Gilles Vaillancourt, a eu vent de l'initiative et il s'est empressé de prévenir le MTQ contre les inconvénients du boulevard urbain. M. Vaillancourt estime que ce projet est valable à court terme, mais qu'une autoroute est préférable dans une perspective à long terme compte tenu de l'importance croissante de Laval et de l'Ouest de l'île dans l'économie régionale.

Les élus de l'Ouest de l'île admettent que l'autoroute est inévitable dans une perspective à long terme, mais qu'un boulevard urbain constitue une solution à court terme préférable au statu quo. Ils poursuivront leur projet en le soumettant aux audiences publiques de la Ville de Montréal dans le cadre de son nouveau plan de transport.

Une controverse similaire entoure la réfection de la rue Notre-Dame dans le sud de la Ville de Montréal.

Aucun thème sélectionné