•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nunavik aura son gouvernement

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Québec et Ottawa s'entendent avec les Inuits pour mettre sur pied un gouvernement régional doté d'un exécutif élu au suffrage universel. L'entente n'octroie cependant pas de nouveaux pouvoirs de gestion, mais les regroupera entre les mains des élus.

Radio-Canada a appris qu'Ottawa et Québec se sont finalement entendus avec les Inuits du Nord du Québec pour créer un gouvernement régional au Nunavik.

L'entente de principe doit d'ailleurs être rendue publique dans un peu plus d'une semaine à Kujjuaq, en compagnie de nombreux dignitaires. Elle a été conclue le 9 août dernier entre Québec, Ottawa et la société Makivik, qui gère différentes institutions inuites.

L'accord n'octroie pas de nouveaux pouvoirs de gestion, mais ceux-ci seront désormais regroupés entre les mains des élus choisis par les quelque 10 000 Inuits qui habitent sur ce territoire immense qui compte pour le tiers de la superficie du Québec.

« On n'obtient pas de nouveau pouvoir dans une première phase. C'est un regroupement de compétences qui existent déjà. [...] De nouveaux pouvoirs, comme la taxation, ce sera dans une phase deux. Ce qu'on obtient de plus, c'est un mode électoral. Il y aura une véritable assemblée du Nunavik », se réjouit Jean-Francois Arteau, conseiller juridique et adjoint exécutif à la présidence de la société Makivik.

Le nouveau gouvernement régional du Nunavik sera composé de 21 membres, incluant notamment les maires des villages et cinq personnes élues au suffrage universel, qui formeront l'exécutif.

Ils auront la haute main sur les principales institutions qui fournissent des services aux populations des 14 villages inuits du territoire, dont la commission scolaire Kativik et la Régie régionale de la santé.

Ils seront ainsi mieux à même de faire face aux problèmes sociaux qui affectent les communautés comme la toxicomanie ou les problèmes de logement.

Le Nunavik demeurera subordonné à l'Assemblée nationale et à la Chambre des communes. De même, les chartes des droits, fédérale et provinciale, continueront de s'appliquer au nord du 55e parallèle.

L'entente finale devrait être signée le printemps prochain.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.