•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amarrage réussi!

Radio-Canada

La navette spatiale s'est amarrée à la Station spatiale internationale en début d'après-midi, vendredi. Un morceau de glace a heurté la navette peu après le lancement, mais l'ampleur des dommages demeure inconnue.

Endeavour est maintenant amarrée à la Station spatiale internationale (SSI).

Les astronautes sont entrés dans la station pour la première fois en fin d'après-midi. Ils ont auparavant mené des tests afin de vérifier les niveaux de pression des deux vaisseaux.

Environ une heure avant la délicate manoeuvre, le commandant Scott Kelly et le pilote Charles Hobaugh étaient passés tout près de la station de manière à ce que son équipage puisse photographier les tuiles du bouclier thermique, sous le ventre de l'orbiteur.

La navette endommagée

La protection thermique de la navette spatiale a apparemment été endommagée par l'impact d'un morceau de glace peu après le lancement. L'ampleur des dégâts n'a pas encore été établie.

Un premier examen des photos du dessous d'Endeavour prises par les occupants de la station, peu avant son amarrage, montre un sillon de 19 cm2 sur une des tuiles formant le bouclier thermique de l'orbiteur.

Cette tuile se trouve près de l'une des portes du train d'atterrissage principal. De petites marques blanches sont également visibles sur des tuiles voisines.

Ces tuiles protègent la structure en aluminium de la navette contre des températures qui atteignent 1500° Celsius sous l'effet du frottement à grande vitesse sur les couches de l'air lors du retour dans l'atmosphère.

Un responsable de la Nasa a affirmé qu'une inspection ciblée à l'aide d'une caméra est prévue dès dimanche afin d'évaluer la gravité du dommage, notamment sa profondeur. Les astronautes pourraient devoir effectuer une sortie pour faire une réparation.

La mission STS-118

La mission d'Endeavour, sa première depuis 2002, permettra de continuer la construction de la SSI.

Il s'agit du second vol dans l'espace du Canadien Dave Williams, 53 ans. Ce médecin de formation avait pris part à une mission de la navette Columbia il y a 9 ans.

L'astronaute Williams effectuera deux des trois sorties extravéhiculaires prévues au programme. Une autre sortie pourrait s'ajouter à son horaire si la NASA décidait d'allonger la mission.

Il sera appelé à réaliser des travaux d'assemblage et d'entretien à l'extérieur de la SSI pendant près de 19 h, ce qui constitue un nouveau record pour un astronaute canadien.

Les mécaniciens de l'espace installeront:

  • un segment de la poutrelle
  • une plateforme de rangement extérieur
  • un gyroscope à moment de contrôle, élément important pour le maintien de l'altitude du poste orbital.

En outre, l'équipage assemblera un système de transfert d'électricité entre la station et les navettes.

Les responsables de la mission STS-118 pourraient ajouter trois jours à la mission et une sortie spatiale.

La quatrième sortie spatiale ne se tiendra que si le système de transfert fonctionne.

Ce vol est le premier pour la spécialiste de mission Barbara Morgan, une ancienne enseignante qui était la suppléante de Christa McAuliffe, l'institutrice tuée dans l'explosion de la navette Challenger en janvier 1986.

La mission d'Endeavour est la deuxième d'une navette en 2007. Elle doit durer 11 jours, mais elle pourrait s'étendre à 14 ou 16 jours si les conditions météorologiques étaient défavorables.

L'astronaute canadienne Julie Payette commentera le déroulement de la mission STS-118 tous les jours à 10 h 15 au Réseau de l'information.

Qui est Dave Williams?

L'astronaute Dave Williams est né le 16 mai 1954 à Saskatoon, en Saskatchewan. Il est marié et père de deux enfants. Il aime le pilotage, la plongée sous-marine, la randonnée pédestre, la voile, le kayak, le canoë, le ski alpin et le ski de fond.


Il a grandi à Beaconsfield, au Québec. En 1976, il obtient un baccalauréat en sciences, avec spécialisation en biologie de l'Université McGill à Montréal. Il obtient également une maîtrise en sciences du Département de physiologie, un doctorat en médecine et une maîtrise en chirurgie de la Faculté de médecine de l'Université McGill en 1983.

En 1985, il termine sa résidence en médecine familiale à la Faculté de médecine de l'Université d'Ottawa. Il obtient une bourse d'études en médecine d'urgence du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, après sa résidence en médecine d'urgence à l'Université de Toronto en 1988. (source: Agence spatiale canadienne)