•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La restauration ne fait pas que des heureux

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'initiative du gouvernement du Nouveau-Brunswick pour résoudre les problèmes de la rivière Petitcodiac déplaît aux maires de plusieurs municipalités ainsi qu'aux pêcheurs de homards.

Les maires des municipalités de la région de Moncton craignent que la restauration de la rivière Petitcodiac ne mobilise toutes les ressources provinciales et fédérales à leurs dépens.

Le projet de restauration que vient d'annoncer le gouvernement du Nouveau-Brunswick est évalué à 68 millions de dollars. On veut ouvrir les vannes du pont-chaussée et remplacer cette structure par un pont de 280 mètres.

Le maire de Riverview, Clarence Sweetland, dit craindre de se faire refuser du financement pour la réparation des routes notamment. Le maire de Moncton, Lorne Mitton, affirme lui aussi craindre des refus de la part des gouvernements provincial et fédéral, notamment pour la construction d'un centre des congrès.

Par ailleurs, le président de l'Association des pêcheurs d'Alma au Nouveau-Brunswick craint lui aussi les effets de cette vaste restauration. Graham Copp affirme qu'ouvrir les vannes qui sont situées à une quarantaine de kilomètres de la zone où se trouvent les homards renforcera le courant de la rivière. La force des marées combinée à un débit plus fort de la rivière changera les écosystèmes actuels et aura un impact certain sur les activités de pêche.

Les propriétaires des maisons situées sur les berges du lac en amont du pont-chaussée sont eux aussi mécontents. Selon eux, la valeur de leur propriété va diminuer de 30 % quand le nouveau pont sera construit et quand la rivière reprendra son débit initial.

Depuis sa construction, la structure qui relie Moncton et Riverview fait l'objet de récrimination de la part de groupes écologistes notamment, qui lui reprochent d'avoir contribué à la sédimentation de la rivière en aval et à la destruction d'un écosystème riche en poissons.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.