•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête sur une possible bavure américaine

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les autorités afghanes tentent de déterminer si de récents raids aériens américains dans le sud de l'Afghanistan peuvent avoir tué plusieurs dizaines de civils.

Des enquêteurs afghans ont été dépêchés, vendredi, dans le district de Baghran, afin de faire la lumière sur de nombreuses allégations selon lesquelles des raids américains auraient fait, la veille, plusieurs dizaines de victimes parmi les habitants.

Joint par Reuters, le chef de la police de la province d'Helmand, Mohammad Hussein Andiwal, a confirmé qu'il y avait bel et bien eu d'intenses bombardements aériens contre un village réputé être un bastion taliban.

Selon l'état-major américain, qui confirme les bombardements, les seules victimes sont des combattants talibans.

« Pendant une importante réunion de hauts commandants talibans, les forces de la coalition ont usé de munitions téléguidées à haute précision contre leur emplacement, après s'être assurées qu'il n'y avait aucun Afghan innocent dans le secteur environnant », soutient l'armée américaine dans un communiqué diffusé vendredi.

Cependant, de nombreux habitants ont affirmé que les bombes ont explosé au milieu d'une foule réunie pour assister à la pendaison par les talibans de deux « espions » du gouvernement central.

Un porte-parole des talibans a pour sa part prétendu que les habitants étaient plutôt réunis dans un sanctuaire pour y assister à une cérémonie.

S'il s'avère que le bilan des victimes civiles est juste, avec quelque 200 à 300 victimes, il s'agirait ici de la plus grave bavure des forces occidentales depuis la chute du régime taliban, à l'hiver 2001.

Selon le gouvernement afghan et des organisations humanitaires, plus de 350 civils ont été tués dans des opérations militaires des forces de la coalition depuis le début de l'année.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.