•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Avandia devrait rester sur les tablettes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un comité consultatif mandaté par la Food and Drug Administration (FDA) ne recommande pas le retrait préventif de l'Avandia. On s'attend à ce que la FDA entérine cet avis.

Les autorités sanitaires américaines doivent décider si l'Avandia, le populaire traitement contre le diabète du numéro un européen de la pharmacie, GlaxoSmithKline, va devoir être retiré de la vente en raison de dangereux effets secondaires.

Un comité d'experts indépendants mandaté par la Food and Drug Administration (FDA) a plaidé pour qu'il reste sur les tablettes, lundi. Bien que 20 médecins sur 23 concluent que l'Avandia augmente les risques de crise cardiaque chez les personnes qui souffrent de diabète de type II, 22 sur 23 croient que ses effets positifs sont supérieurs au risque de maladie.

La FDA n'est pas obligée d'aller dans le même sens que ce comité d'experts, mais elle le fait dans la majeure partie des cas.

Toutefois, les avis ne sont pas unanimes. En effet, selon un chercheur de la Food and Drug Administration (FDA), la prise de l'Avandia augmente considérablement les risques d'accidents cardiovasculaires, et ce, même chez les patients considérés comme non à risque. Le Dr David Graham a donc plaidé lundi en faveur d'un retrait de l'Avandia des tablettes.

Une étude publiée en mai dernier dans le New England Journal of Medicine par le cardiologue américain Steven Nissen concluait que la prise de l'Avandia augmentait de 43 % les risques de crises cardiaques, une donnée suffisamment inquiétante pour justifier l'ouverture de l'enquête actuelle de la FDA.

GlaxoSmithKline estime que les risques d'insuffisance cardiaque chez les diabétiques de type II qui prennent de l'Avandia sont déjà « bien connus et clairement identifiés dans les informations de prescription fournies aux médecins ».

Depuis la publication de l'étude du Dr Nissen, les ventes de l'Avandia se sont littéralement effondrées, chutant de 22 % lors d'un seul trimestre.

De son côté, Santé Canada considère que les bienfaits du médicament sont de loin supérieurs aux risques qu'il comporte. L'Avandia devrait donc rester disponible au pays.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.