•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ampleur du défi humanitaire

Radio-Canada

Un rapport publié par OXFAM et un regroupement de 280 ONG conclut que 8 millions d'Irakiens ont besoin d'une aide humanitaire urgente. Le Canada est notamment prié d'en faire davantage.

Quelque 8 millions d'Irakiens ont besoin d'une aide humanitaire urgente, conclut un rapport publié lundi par OXFAM et une coalition de 280 organisations non gouvernementales (ONG).

Ce chiffre, qui équivaut au tiers de la population du pays, comprend 2 millions de réfugiés à l'extérieur du pays, 2 millions de déplacés à l'intérieur des frontières et 4 millions de personnes qui vivent une situation d'insécurité alimentaire et qui ont besoin d'aide humanitaire.

Les données compilées par les ONG donnent le tournis:

  • seuls 60 % des Irakiens qui ont besoin d'une aide alimentaire ont accès au programme de distribution de nourriture du gouvernement, comparativement à 96 % en 2004;
  • 43 % des Irakiens vivent dans une situation de pauvreté absolue;
  • 28 % des enfants irakiens souffrent de malnutrition, comparativement à 19 % au début de la guerre, en 2003;
  • 70 % des Irakiens n'ont pas accès à des réserves d'eau adéquates, comparativement à 50 % en 2003;
  • 80 % des Irakiens n'ont pas accès à des installations sanitaires adéquates.

Qui plus est, les services publics irakiens qui demeurent sont victimes d'un exode des cerveaux. Des milliers de travailleurs du système de santé, de professeurs et d'ingénieurs de l'eau.

Le rapport admet d'emblée que la violence qui ponctue le quotidien des Irakiens constitue le principal problème de la population. Il plaide néanmoins en faveur d'une réponse plus énergique aux besoins humanitaires de la population.

Les ONG estiment que le gouvernement irakien doit faire davantage pour venir en aide à sa population. Elles ajoutent que l'aide internationale, qu'elle provienne de gouvernements nationaux ou des Nations Unies, doit être accrue afin de soulager les maux des Irakiens.

Les gouvernements de pays qui n'ont pas de soldats en Irak, dont le Canada, sont spécifiquement appelés à contribuer davantage à cette fin.