•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Place à l'incertitude

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Grand Prix du Canada, couru à Montréal, est inclus au calendrier 2008 avec la mention « provisoire », un dossier que le maire Gérald Tremblay refuse pour l'instant de commenter.

La Ville de Montréal est-elle menacée de perdre son Grand Prix de F1? La machine à rumeurs s'emballe.

C'est que la Fédération internationale de l'automobile a publié son calendrier préliminaire pour la saison 2008. Montréal y figure, mais avec la mention « provisoire ». Faut-il s'en inquiéter?

Pour l'instant, la réponse est non. La F1 devrait s'arrêter à Montréal en 2008.

Plusieurs hypothèses sont évoquées pour expliquer le fameux « provisoire ». D'abord, l'état des lieux.

Lors du dernier GP en juin, Bernie Ecclestone a écorché l'organisation en critiquant les installations qu'il juge inadéquates. Selon le grand patron de la F1, les écuries, les médias et surtout les invités de marque sont trop à l'étroit dans les paddocks du circuit de l'île Notre-Dame.

Autre explication possible: Montréal devient le seul arrêt en Amérique du Nord après la disparition en 2008 du GP des États-Unis. Habituellement, Montréal et Indianapolis se partageaient certains frais de déplacement des équipes sur le continent.

Des munitions pour Legault

La F1 négocie peut-être pour faire absorber la totalité des coûts à Montréal. À l'inverse, la disparition du Grand Prix des États-Unis donne des munitions au promoteur Normand Legault.

« Normand Legault a un argument de poids à présenter à Bernie, explique le journaliste René Fagnan. Écoute, tu ne vas pas aller perdre ta dernière course en Amérique du Nord. »

Les constructeurs automobiles se passeraient bien mal de cette seule vitrine en Amérique du Nord, un marché important pour l'automobile.

Le maire de Montréal Gérald Tremblay refuse quant à lui de se mêler du dossier pour l'instant. Selon lui, il s'agit d'une discussion d'affaires entre le promoteur et Bernie Ecclestone.

« Attendons de voir quelles sont les demandes légitimes, si elles sont légitimes, de Bernie Ecclestone, puis on verra par la suite. Mais je suis confiant que le Grand Prix va demeurer à Montréal. »

Legault devrait communiquer avec Ecclestone en début de semaine. Mais les deux hommes ont encore beaucoup de temps pour discuter. Le calendrier final de la F1 ne sera dévoilé qu'en octobre.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.