•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rasmussen fait ses valises!

Radio-Canada

Le maillot jaune Michael Rasmussen quitte la mythique course française à quatre jours de l'arrivée à Paris à la demande de son équipe.

Le Danois Michael Rasmussen, maillot jaune du Tour de France, était déjà sous le feu des projecteurs du monde antidopage. Mais cette fois son équipe en a assez vu.

Rasmussen s'est retiré de la Grande Boucle mercredi à la demande de sa formation Rabobank, qui l'a plus tard suspendu.

« Il a violé les règles de l'équipe. Il n'est pas sûr que l'équipe poursuive la course », a déclaré le porte-parole de la formation.

On reproche à Rasmussen d'avoir menti sur son lieu d'entraînement à un mois du Tour. Il disait être au Mexique (pays de sa femme), tandis qu'il a été vu en Italie. Theo De Rooy, chef de la formation Rabobank, a confronté son coureur, qui a reconnu les faits.

Le Danois a reçu deux avertissements, un troisième aurait entraîné une suspension, étant considéré comme un test échoué. Rasmussen a parlé d'erreur administrative et lettre perdue dans le courrier.

La localisation des lieux d'entraînement permet de procéder à des contrôles inopinés, l'une des armes les plus redoutables des autorités antidopage.

« On ne peut pas se moquer impunément du Tour de France, a estimé Christian Prudhomme, le directeur du Tour. Nous avons fait tout ce que nous pouvons pour chasser la suspicion. J'aurai au moins le sentiment de ne pas être déshonoré. »

Après consultation, les coureurs de la formation Rabobank ont décidé de poursuivre la course.

Un titre à sa portée

Rasmussen se dirigeait vers la victoire finale à quatre jours de l'arrivée à Paris. En revanche, il n'a pas été épargné par le monde antidopage depuis qu'il a revêtu le maillot jaune.

La semaine dernière, l'équipe nationale danoise l'a exclu pour les Championnats du monde pour avoir oublié d'indiquer le lieu de ses entraînements. Puis samedi, Whitney Richards, un cycliste américain, a accusé Rasmussen d'avoir essayé de lui faire porter le blâme pour le transport de matériels dopants.

Son résultat de samedi dans le contre-la-montre d'Albi (11e), un concours qui ne lui a jamais convenu, a ensuite accru la suspicion au sujet de ses performances.

Rasmussen a enlevé deux étapes du Tour, l'une dans les Alpes, où il a endossé le maillot jaune, et l'autre mercredi dans les Pyrénées. Ce dernier succès a eu lieu sous les sifflets d'une foule hostile et après que plusieurs coureurs aient boudé le départ par protêt.

Le départ de Rasmussen place l'Espagnol Alberto Contador en tête du classement général. Par contre, Contador ne portera pas le maillot jaune jeudi matin lors du départ de la 17e étape.