•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le grand départ

Radio-Canada

Un contingent de 200 militaires de la base de Valcartier, près de Québec, s'est envolé pour la région de Kandahar. Moins du tiers des Québécois appuient le volet militaire de la mission afghane, selon un récent sondage.

Un contingent de 200 militaires du Royal 22e Régiment a quitté la base militaire de Valcartier, au Québec, pour le camp Nathan Smith, près de Kandahar.

Les militaires ont passé auparavant un peu de temps avec leur famille et leurs amis avant d'être acheminés par autobus vers l'aéroport Jean-Lesage de Québec.

Le ministre de la Défense, Gordon O'Connor, et la ministre de la Coopération internationale, Josée Verner, ont fait de brefs discours d'encouragement aux militaires.

Mme Verner a soutenu que de grands progrès avaient été réalisés sur le plan humanitaire en Afghanistan depuis le début de la mission canadienne.

D'ici la fin du mois d'août, plus de 2000 soldats de la base de Valcartier au Québec viendront relever les militaires canadiens qui travaillent actuellement au sein de la mission de l'OTAN. Au cours du prochain mois, il y aura ainsi des départs tous les deux ou trois jours. Quelque 500 soldats d'autres régiments du pays se joindront à eux.

Soldats et familles se préparent d'ailleurs à ce départ depuis l'automne dernier, notamment en suivant des cours sur la résilience.

Le chef d'état-major, Rick Hillier, a déjà avisé les nouveaux militaires qu'ils doivent s'attendre à participer à plusieurs missions offensives au cours des six prochains mois. L'armée afghane, dit-il, n'est pas encore prête à prendre la relève.

Cent vingt militaires de Valcartier sont déjà partis en Afghanistan, en décembre 2006. Ils ont notamment pour tâche de sécuriser l'aéroport de Kandahar.

Environ 30 000 militaires de 37 pays participent à la mission de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) de l'OTAN.

Déjà, 66 soldats canadiens sont morts dans ce pays depuis 2002.

Un sondage Ispsos Reid réalisé pour le compte de Can West News indique que 50 % des Canadiens appuient la mission en Afghanistan, contre seulement 30 % des Québécois. Les données de ce sondage, mené auprès de 1000 personnes entre le 10 et le 12 juillet, recoupent celles d'enquêtes précédentes.

Ainsi, selon un sondage Decima réalisé pour le compte de la Presse canadienne, 76 % des Québécois estiment que le coût en vies humaines de la mission est trop élevé, au regard des progrès réalisés et de son importance.

Les responsables de l'enquête Decima ont interrogé plus de 1000 personnes entre le 5 et le 9 juillet. La marge d'erreur est de plus ou moins 3,1 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Jour de funérailles

Les obsèques de trois des six militaires morts près de Kandahar il y a 10 jours ont été célébrées, samedi. La cérémonie du caporal Jordan Anderson a lieu à Ottawa, celle du caporal Cole Bartsch à Whitecourt, près d'Edmonton, et celle du capitaine Matthew Dawe à Kingston, sa ville natale.

Six soldats canadiens de l'OTAN et leur interprète afghan ont été tués le 4 juillet dernier lorsqu'un engin piégé a explosé au passage de leur véhicule à environ 20 km au sud-ouest de Kandahar, dans la province de Panjwayi.