•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une aide floue

Radio-Canada

En entrevue à Radio-Canada.ca, le directeur de l'antenne afghane du groupe de recherche européen Senlis, Edward McCormick, affirme que l'aide humanitaire canadienne n'atteint pas sa cible en Afghanistan.

En entrevue à Radio-Canada.ca, le responsable en Afghanistan du groupe européen de recherche Senlis, Edward McCormick, dénonce le manque de cohérence de l'aide canadienne. Il estime que son impact est difficile à constater sur le terrain, principalement dans le sud du pays.

Edward McCormick, en poste à Kandahar depuis janvier pour le Conseil de Senlis, y retourne la semaine prochaine. Spécialiste en santé et en épidémiologie, il prête notamment assistance à l'hôpital de Kandahar, qu'il qualifie ni plus ni moins de « coquille vide » car on n'y trouve même pas, selon lui, le strict minimum nécessaire pour faire un travail efficace auprès de la population. Il juge cette situation inacceptable, compte tenu des efforts humanitaires que le gouvernement canadien affirme accomplir pour la reconstruction de l'Afghanistan.

Manque de visibilité

Edward McCormick ne dit pas que l'aide canadienne est inexistante dans la région de Kandahar, mais qu'elle gagnerait à être davantage vue par la population locale. « Ce qui n'est pas le cas actuellement et c'est un gros problème qui peut avoir des conséquences graves », affirme le représentant de Senlis.

« La population qui vit notamment à Kandahar sait très bien qu'on trouve à la base militaire de l'OTAN un hôpital équipé, des infrastructures, un accès à l'eau potable et à la nourriture. Ces gens n'ont, quant à eux, accès à rien et ne voient pas de signes tangibles de l'aide humanitaire dans leur vie quotidienne. Beaucoup sont malades et souffrent de malnutrition et n'ont pas de ressources pour y remédier. C'est pourquoi ils ont tendance à être plutôt passifs dans ce conflit et ne font rien pour aider les forces militaires à gagner cette guerre », explique Edward McCormick.

M. McCormick souligne qu'on ne retrouve pas à Kandahar, après cinq ans de présence internationale, un hôpital digne de ce nom et un minimum d'infrastructures pour fournir l'eau potable, par exemple. Cette situation est à son avis inconcevable et c'est là un signe que l'aide tant vantée par le gouvernement canadien n'est pas efficacement distribuée.

Selon M.McCormick, « un véritable leadership de la part du gouvernement canadien permettrait de mettre en commun les ressources militaires et non militaires, ce qui rendrait plus efficace la coopération canadienne sur place ».

Stephen Harper critiqué

Edward McCormick reproche au premier ministre Stephen Harper de n'avoir aucune vision d'ensemble de la situation en Afghanistan et l'accuse de faire la sourde oreille à ceux qui pourraient l'aider à établir une politique cohérente pour l'Afghanistan, notamment les ONG et les organisations comme Senlis.

« Depuis qu'il est au pouvoir, Stephen Harper ne fait que de la politique expéditive à l'égard de l'Afghanistan, d'une part parce qu'il veut suivre à la lettre les directives de Washington et d'autre part parce que l'Afghanistan n'est pas vraiment une de ses priorités ».

Un des exemples d'une coopération qui donnerait des résultats serait d'aider les villages à se doter de petites infrastructures pour faire la transformation du pavot. Il ne s'agirait pas de fabriquer de l'opium, mais de la codéine et de la morphine, deux médicaments qui aideraient grandement les hôpitaux de l'Afghanistan et qui seraient aussi exportables, donc économiquement rentables pour les communautés.

« Au lieu de cela, les Canadiens ferment les yeux sur la culture de plus en plus extensive du pavot et laissent aux Américains l'initiative de procéder à l'éradication des cultures, alors qu'on sait que cela n'empêche pas la contrebande internationale de continuer à prospérer », fait remarquer Edward McCormick.

Edward McCormick est très pessimiste sur ce qui s'en vient en Afghanistan. « Même dans le nord du pays, comme à Kaboul, où les infrastructures sanitaires et humanitaires sont quelque peu en meilleur état, la situation risque de se détériorer radicalement d'ici 6 à 12 mois », affirme l'expert.

Le nombre de réfugiés se serait d'ailleurs grandement accru depuis le début de l'année dans les provinces sous contrôle canadien, une situation qui risque de contribuer, selon Senlis, au recrutement de plus de combattants talibans.

Le Conseil de Senlis, qui se spécialise dans les études géopolitiques, a dépêché, depuis le début du conflit en Afghanistan, plusieurs observateurs pour y étudier les progrès ou les reculs de la situation sécuritaire.