•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pétrolières dans le rouge

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les détaillants d'essence indépendants du Québec pressent le gouvernement Charest de les exempter de la taxe verte, affirmant que la plupart d'entre eux devront fermer leurs portes s'ils doivent la payer.

Les détaillants d'essence indépendants du Québec pressent le gouvernement Charest de les exempter de la taxe verte.

Selon leur association, la plupart des détaillants devront fermer leurs portes s'ils doivent, comme les grandes pétrolières, verser une redevance de 0,8 ¢ par litre d'essence au Fonds vert de lutte contre les gaz à effet de serre.

Selon Sonia Marcotte, présidente-directrice générale de l'Association québécoise des indépendants du pétrole, « la perception de la taxe verte auprès des indépendants du pétrole constitue une menace inacceptable à la survie des pétrolières indépendantes à intérêt québécois. Leur réalité financière est incontournable: la taxe exigée dépasse largement leurs profits réels ».

L'Association des indépendants affirme que leur situation est complètement différente de celle des grandes pétrolières « dont les marges de raffinage et les profits émanant du commerce du pétrole brut engendrent des profits records successifs. »

Si rien ne change, les indépendants croient que plusieurs d'entre eux devront prendre une décision d'affaires basée sur la rentabilité de l'entreprise, car, avancent-ils, aucun commerçant ne peut vivre avec une telle taxe.

Par exemple, le groupe Harnois estime que la taxe verte va lui coûter 3 millions, et le groupe Crevier l'estime à près du double.

Les indépendants demandent au ministre des Ressources naturelles, Claude Béchard, de nommer un vérificateur spécial qui aura accès aux livres comptables des pétrolières indépendantes et qui pourra ainsi constater leur détresse.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.