•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qu'est-ce qu'une algue bleue?

L'algue bleue est une sorte de bactérie. Les scientifiques l'appellent d'ailleurs cyanobactérie.

Elle tire son nom d'un pigment bleu, la phycocyanine, qui, de concert avec la chlorophylle, lui donne son apparence bleu vert.

L'algue bleue se présente sous forme de cellules individuelles, de colonies et de filaments.

On la retrouve dans tous les lacs du Québec. En temps normal, sa présence ne pose pas de problème.

Chacun de nous a vu ou touché un amas gélatineux et visqueux agglutiné sur les parties immergées d'un quai flottant servant à la baignade. La cyanobactérie, comme toutes les autres algues, fait partie du début de la chaîne alimentaire.

Ce qui est néfaste, c'est la prolifération excessive des algues bleues. Ce développement « explosif » influe alors sur plusieurs éléments de l'écosystème aquatique: l'oxygène du plan ou du cours d'eau, sa température et le pH de l'eau. C'est alors que les algues bleues deviennent dangereuses tant pour la santé des animaux que pour celle des êtres humains.

Formation de l'algue bleue

Les cyanobactéries se forment dans les eaux peu profondes, tièdes et calmes ou immobiles. Les phosphates en sont un des principaux catalyseurs. De nombreuses causes font grimper le taux de phosphate dans l'environnement. La plupart de ces causes sont reliées à la présence humaine en bordure des lacs et des rivières:

  • les écoulements d'eau de vaisselle, souvent chargée en phosphates;
  • les coliformes fécaux en provenance de fosses septiques désuètes;
  • les engrais aux phosphates;
  • les rejets agricoles;
  • les rejets de certaines usines;
  • l'absence de végétation naturelle.

Fleur d'eau en déplacement

Une masse de cyanobactéries dans l'eau est appelée fleur d'eau ou prolifération. Comme l'algue bleue possède des alvéoles, elle peut se déplacer.

Elle le fait en fonction de sa survie. Elle a la capacité de se déplacer en hauteur dans la colonne d'eau. Parfois, elle flotte en surface, d'autres fois elle est sous la surface de l'eau parce que le soleil et la nourriture sont suffisants.

Elle peut aussi se déplacer au vent et à la vague et apparaître dans une baie un jour, le lendemain dans une autre. L'algue bleue utilise les endroits qui conviennent le mieux à sa croissance.

Le gouvernement du Canada ignore l'étendue des proliférations cyanobactériennes au pays. Outre le Québec, où il en a été trouvé au cours des dernières années, on sait qu'elles sont plutôt répandues dans les Prairies. Au début de l'été 2007, aucun site Internet des gouvernements provinciaux autres que celui du Québec ne signalait de problème de contamination à l'algue bleue dans ses plans ou ses cours d'eau.

Les toxines cyanobactériennes

Les cellules de certaines espèces de cyanobactéries emmagasinent des poisons naturels appelés toxines cyanobactériennes. Ces toxines peuvent être classées selon l'organe qu'elles attaquent:

  • le foie: hépatotoxines
  • le système nerveux: les neurotoxines
  • la peau

Les plus fréquentes dans l'eau s'appellent les microcystines. Elles sont responsables de la grande majorité des intoxications chez les animaux et chez les humains qui entrent en contact avec des fleurs d'eau. Les microcystines sont extrêmement stables dans l'eau parce qu'elles peuvent survivre dans les eaux tièdes et froides et tolérer des changements importants dans la composition chimique de l'eau, notamment le pH.

Jusqu'à présent, les scientifiques en ont identifié environ 50 sortes différentes.

Saviez-vous que...?

Le premier rapport fiable d'une prolifération cyanobactérienne date du XIIe siècle. Par ailleurs, les effets nuisibles des cyanobactéries sur le bétail sont connus depuis plus de 100 ans.

Effets et symptômes sur les humains

Les toxines cyanobactériennes rendent malade la personne qui y est exposée, mais elles ne sont pas mortelles. Toutefois, il est possible qu'une exposition prolongée à de faibles niveaux d'hépatotoxines ou de neurotoxines ait des effets à long terme ou chroniques sur l'être humain. La mort est généralement causée par des lésions au foie ou au système nerveux, selon l'espèce prédominante de toxine dans l'eau.

Une personne qui avale de l'eau ou un produit pollué aux toxines cyanobactériennes peut présenter un ou plusieurs des symptômes suivants:

  • maux de tête
  • fièvre
  • diarrhée
  • douleurs abdominales
  • nausées
  • vomissements

Par ailleurs, une personne qui nage dans de l'eau contaminée peut éprouver une irritation des yeux et de la peau ou d'autres réactions allergiques ressemblant au rhume des foins. Quand on pense avoir été en contact avec des toxines cyanobactériennes et qu'on éprouve certains de ces symptômes, il faut se rincer la peau et consulter un médecin sur-le-champ.

Les enfants sont plus vulnérables que les adultes aux toxines cyanobactériennes et risquent de présenter de graves lésions hépatiques parce que leur poids corporel est comparativement plus faible que celui d'un adulte.

On peut absorber des toxines soit en buvant de l'eau contaminée, soit par inhalation, lorsqu'elles sont en suspension dans l'air. Aussi faut-il se tenir éloigné des fleurs d'eau.

Aucun thème sélectionné