•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Canadiens croient au créationnisme

Radio-Canada

Un sondage révèle qu'une majorité de Canadiens croit en l'intervention de Dieu, d'une façon ou d'une autre, dans la création des êtres humains.

Selon un sondage Décima-La Presse canadienne, 60 % des Canadiens croient que Dieu a joué un rôle direct ou indirect dans la création des êtres humains.

L'étude répartit les Canadiens en trois groupes.

Il y a ceux qui croient que:

  • les humains sont le fruit d'une évolution guidée par Dieu et ayant duré des millions d'années (34 %);
  • Dieu a créé seul les humains au cours des 10 000 dernières années (26 %);
  • l'évolution s'est faite sans son intervention (29 %).

Au Québec, 40 % des répondants estiment que Dieu n'est pas intervenu dans la création. Les Britanno-Colombiens suivent avec 31 %. Dans les Prairies, seulement 21 % des gens croient qu'il n'y a pas eu d'intervention divine.

Certains résultats ont surpris les sondeurs: l'Alberta, berceau du conservatisme, est une des provinces où les gens croient le moins au créationnisme strict. Seulement 22 % des répondants croient que Dieu a créé l'humanité au cours des 10 000 dernières années.

Créationnistes = moins instruits ou ruraux

Les résultats suggèrent que certaines personnes sont plus susceptibles d'être créationnistes. C'est le cas:

  • des gens moins instruits
  • de ceux qui vivent dans des régions rurales

Ainsi, croient au créationnisme:

  • 37 % des répondants qui n'ont pas terminé leurs études secondaires;
  • 15 % des répondants ayant terminé des études universitaires;
  • 34 % des répondants venant des régions rurales;
  • 22 % des citadins.

Ces résultats s'opposent à ceux d'une récente enquête menée aux États-Unis. Elle révélait que:

  • 45 % des Américains sont des créationnistes stricts;
  • 40 % croient que Dieu a joué un rôle dans l'évolution;
  • 15 % estiment qu'il n'y a pas eu d'intervention divine.

L'enquête de Décima a été menée auprès de 1000 Canadiens du 21 au 24 juin. La marge d'erreur est de 3,1 %, 19 fois sur 20.