•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Zone de pêche contestée

Radio-Canada

Des pêcheurs canadiens et américains convoitent une même zone de pêche riche en homards à proximité de l'île Machias Seal.

La tension est palpable entre les pêcheurs canadiens et américains qui convoitent la même zone de pêche au homard au large de l'île Machias Seal, dans la baie de Fundy. Le Canada et les États-Unis soutiennent respectivement que cette île fait partie de leur territoire.

Les eaux entourant cette île sont riches en homards. Le droit de pêche dans ces eaux dépend du pays auquel appartient cette île. Le Canada soutient que l'île est canadienne. Ottawa s'assure de la présence d'un gardien de phare canadien sur place en tout temps.

Coincés dans ce différend territorial, les pêcheurs des deux côtés de la frontière se rendent sur place dans le désordre.

Faith Scattalon, directrice générale régionale au ministère des Pêches et des Océans, explique qu'il y a trop de pêcheurs qui se font concurrence dans cette petite zone. Elle affirme que lorsqu'on a de 50 à 60 pêcheurs sur place, avec tout leur matériel, la pêche n'est pas particulièrement ordonnée ni sécuritaire.

Cette situation déplaît aux pêcheurs de l'île néo-brunswickoise de Grand Manan, qui est située non loin. Laurence Cook, porte-parole de l'association des pêcheurs de Grand Manan, suggère que les deux pays interdisent la pêche dans ces eaux contestées. Il ajoute toutefois que si les Américains y vont pendant l'été et qu'il n'y a pas d'entente entre les deux pays, les pêcheurs canadiens devraient y aller aussi.

Pêches et Océans Canada gère les activités des pêcheurs canadiens dans cette zone, mais le ministère ne peut pas imposer sa gestion aux pêcheurs américains. Faith Scattalon indique qu'une gestion conjointe serait la meilleure solution.

Cependant, une telle démarche a échoué en 2002. Rien n'indique aujourd'hui que les pêcheurs américains sont prêts à retourner à la table des négociations.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.