•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Emplois alléchants

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une vingtaine de personnes appuient publiquement le projet de carrière de basalte en Nouvelle-Écosse en faisant valoir ses futures retombées économiques.

Des résidents de la région de Digby Neck, dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, ont soutenu mardi que la promesse de création de 34 emplois dans la région fait pencher la balance en faveur du projet d'une carrière de basalte.

Après une semaine d'exposés dénonçant les aspects négatifs de cette carrière que souhaite ouvrir l'entreprise Bilcon, la commission d'examen conjoint a entendu une autre vision exprimée par la collectivité. Une vingtaine de personnes ont appuyé publiquement le projet.

L'animosité entre les partisans et les opposants du projet était palpable. Les retraités bien informés et les résidents saisonniers qui défendent l'environnement ont livré une guerre de mots aux partisans du projet, qui cherchent des emplois bien rémunérés.

Les partisans de la carrière estiment que les industries de la pêche et du tourisme n'assurent plus la croissance économique de leur coin de pays. Selon eux, la carrière ralentira l'exode des jeunes et des familles en offrant des emplois.

Cindy Nesbitt, de l'ancien comité de liaison communautaire, rejette l'idée que son village pourrait devenir un centre pour retraités. Selon elle, si Bilcon s'y installe, d'autres suivront. Elle soutient que la majorité des gens appuient le projet, mais en demeurant silencieux, par peur de récrimination. C'est pour cette raison qu'elle a lancé une pétition il y a dix semaines. Plus de 300 personnes l'ont signée.

John Ivens, un pêcheur, a émis une réaction similaire. Il croit fermement que les avantages des nouveaux emplois dépassent largement les inconvénients causés par le bruit, la poussière, la pollution.

Après s'être mutuellement accusés d'actes de vandalisme, les deux groupes ont dit qu'ils font confiance à la commission d'examen conjoint pour trancher la question.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.