•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sentence pour la mère du meurtrier

La destitution, une procédure complexe et plutôt rare

Radio-Canada

Suzan Grosser-Lauder devra purger une peine de 5 mois de prison ferme pour avoir aidé son fils, Kurt Lauder, à camoufler le meurtre de la jeune femme en juillet 2005.

Suzan Grosser-Lauder a été condamné à une peine de 5 mois de prison, vendredi, à Valleyfield, pour avoir camouflé le meurtre de Shanna Poissant commis par son fils de 22 ans. La femme de 54 ans avait contribué à effacer les traces du meurtre perpétré dans le sous-sol de sa maison à Hemmingford.

Après avoir entendu les plaidoiries des avocats vendredi matin au palais de justice de Valleyfield, le juge James Brunton a aussi imposé à Suzan Grosser-Lauder une probation d'un an au cours de laquelle elle devra effectuer une centaine d'heures de travaux communautaires.

Le ministère public avait réclamé une sentence ferme d'emprisonnement contre la femme de 55 ans qui avait plaidé coupable, en février dernier, à une accusation de complicité après le fait. La défense avait plaidé en faveur d'une sentence d'emprisonnement avec sursis, soit à purger dans la communauté.

Shanna Poissant, 16 ans, a été tuée à coup de barre d'haltérophilie dans le sous-sol de la résidence des Lauder. Dans les jours suivants le crime, alors que Kurt Lauder avait disposé du corps dans un secteur boisé des environs d'Hemmingford, Suzan Grosser-Lauder et son conjoint Ian Lauder avaient nettoyé la scène du crime.

Ian Lauder, lui aussi accusé de complicité après le fait, est décédé des suites d'une maladie pulmonaire, en février 2006. Quant à Kurt Lauder, il a été condamné à une sentence d'emprisonnement à vie avec un minimum de 15 ans à purger, avant d'être admissible à une libération conditionnelle.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Justice et faits divers