•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une erreur mortelle

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le secrétaire général de l'OTAN demande une enquête sur la mort d'environ 25 civils, dont plusieurs femmes et enfants, tués par accident lors d'une riposte aérienne contre des insurgés talibans, dans le sud du pays.

Le secrétaire général de l'OTAN demande l'ouverture d'une enquête sur la mort de 25 civils présumés dans le sud du pays, dans un bombardement de l'organisation.

À l'occasion d'une conférence de presse dans la ville de Québec, en compagnie du ministre canadien de la Défense, Jaap de Hoop Scheffera a qualifié « d'erreur » ces bombardements, ajoutant que « chaque victime civile innocente est une victime de trop ».

Plus d'une vingtaine de civils ont été tués lors de bombardements de l'OTAN dans la province d'Helmand, selon la police locale ainsi que des habitants contactés par la BBC.

Ces témoins ont fait état de 25 morts, dont 9 femmes et 3 enfants. Deux ou trois maisons du village d'Adam Khan auraient été, par erreur, la cible de l'aviation.

Par ailleurs, le chef d'état-major néerlandais, Dick Berlijn, a annoncé que deux dirigeants talibans sont morts à Chora lors de « lourds combats » avec les troupes des Pays-Bas stationnées dans la province d'Oruzgan (sud-est afghan).

M. Berlijn a évoqué de « lourds combats de rue » qui ont opposé les troupes néerlandaises, australiennes et des forces régulières afghanes à des combattants talibans à Chora.

Les troupes au sol ont reçu le soutien aérien d'hélicoptères Apache, et d'avions de chasse F16 et F18 de l'armée américaine.

Une riposte de l'OTAN

Le raid aérien effectué dans la nuit de jeudi à vendredi s'inscrivait dans une opération visant à répliquer à l'attaque par les talibans d'un convoi de l'OTAN. La police locale estime que 20 talibans ont été tués.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) de l'OTAN a confirmé qu'il y avait eu des victimes, mais n'a pu en préciser le nombre ni s'il y avait parmi elles des civils.

Ces nouvelles victimes civiles, si elle étaient confirmées, s'ajouteraient aux 17 autres Afghans tués cette semaine lors de bombardements et de combats.

Jeudi, l'ISAF a reconnu être responsable de la mort d'un « certain nombre de civils » lors de récents combats dans le sud du pays. Par ailleurs, 7 enfants ont été tués, dimanche, dans un raid aérien de la coalition sous commandement américain contre une école coranique soupçonnée d'abriter des combattants d'Al-Qaïda.

Les forces internationales et afghanes sont responsables de la mort d'au moins 230 civils, dont 60 femmes et enfants, depuis le début de l'année en Afghanistan, avait rapporté mardi l'agence Acbar, qui chapeaute une centaine d'ONG afghanes et étrangères dans ce pays.

Les ministres de la Défense des 26 pays de l'OTAN se sont engagés la semaine dernière à Bruxelles à « minimiser » les pertes infligées aux civils, qui minent le soutien de la population afghane à leur mission. Le président afghan Hamid Karzaï craint que la mort d'innocents ne sape la sympathie de la population pour la mission de l'OTAN et la présence américaine.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.