•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une maison du Mile-End primée

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le programme LEED désigne un duplex de l'avenue du Parc comme étant la maison la plus écologique d'Amérique du Nord. L'immeuble, rénové avec des matériaux récupérés, utilise un système de recyclage de l'eau et de l'énergie.

La maison la plus écologique d'Amérique du Nord est un duplex situé sur l'avenue du Parc, dans le quartier Mile-end de Montréal, selon le programme LEED (Leadership in Energy and Environmental Design).

Elle a accumulé plus de points au classement de l'organisme que ses 6000 concurrentes.

Le classement est fait à partir de points décernés selon sept catégories:

  • Design;
  • Endroit et infrasctucture;
  • Énergie;
  • Site écologique;
  • Matériaux et ressources;
  • Gestion de l'eau;
  • Qualité de l'air.
  • Construit à partir de matériaux récupérés, le duplex d'Emmanuel Blain-Cosgrove, directeur de Ecohabitation.com, maximise l'utilisation de l'énergie. Cette approche a le double avantage de faire économiser de l'argent et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

    Un système de gestion de l'eau a également été installé. Ainsi, la cuvette des toilettes a deux chasses d'eau. La première n'utilise qu'une demi-cuvette d'eau, pour les petits pipis, et une pleine cuvette pour les visistes plus sérieuses.

    La consommation d'eau de la famille est réduite de moitié grâce au système de plomberie qui maximise son utilisation. L'eau de la douche est filtrée et envoyée dans un labyrinthe de tuyaux qui arpentent les planchers et les murs de la maison pour la chauffer en hiver et la refroidir en été. Un dispositif permet également de récupérer les eaux grises, rejetées par la douche et les lavabos, de les filtrer et de les recycler pour la toilette de même que l'irrigation du jardin sur le toît.

    « Pour moi, c'était une priorité [la gestion de l'eau], même si on ne parle pas de pénurie d'eau au Québec encore, on la voit arriver... C'est pour bientôt. »

    — Une citation de  Emmanuel Blain-Cosgrove

    À Montréal, six immeubles ont reçu une cote LEED, dont le siège de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI). Mais la maison de M. Blain-Cosgrove est la première résidence habitée à en recevoir une au Canada. Elle a, de surcroît, reçue la cote la plus élevée en Amérique du Nord.

    La rénovation écologique de cette maison a coûté environ 115 $ le pied carré, un montant comparable à une rénovation avec des matériaux conventionnels. Mais l'entrepreneur récupérera son investissement à long terme avec les économies d'énergie. Le retour sur l'investissement serait plus rapide encore si Montréal imitait la Ville de Cincinnati, qui accorde un congé fiscal de 12 ans aux propriétaires de maison certifiée LEED.

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.