•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C'est parti pour l'éthanol québécois

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La première usine d'éthanol au Québec est inaugurée à Varennes. Les producteurs de maïs et Petro-Canada, qui va acheter toute la production, se réjouissent, mais les écologistes émettent des bémols.

Depuis le temps qu'on en parlait, c'est maintenant fait. La première usine d'éthanol au Québec a été inaugurée, lundi, à Varennes. Le ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire du Canada et ministre de la Commission canadienne du blé, Chuck Strahl, était présent pour l'occasion.

L'usine de Varennes produira 120 millions de litres de biocarburant par année. Pour ce faire, 10 % de la culture québécoise de maïs sera consacré à alimenter l'usine.

La nouvelle usine semble faire l'affaire de presque tout le monde. Pour les producteurs de maïs, il s'agit d'une bonne nouvelle puisque cela leur ouvre un nouveau marché. D'autant plus que l'éthanol, en raison de sa popularité grandissante, contribue à faire augmenter le coût du maïs.

Petro-Canada, qui s'est engagé à acheter la totalité de la production de l'usine, soutient que la nouvelle installation représentera des économies. « C'est rentable parce que les additifs que l'on mettait dans nos essences étaient importés, souvent des États-Unis, donc cela représentait plus de coûts », dit Andrew Pelletier, porte-parole de la pétrolière.

Les écologistes sont un peu plus perplexes. Ils se demandent en effet si les terres agricoles du Québec doivent servir à produire du biocarburant, en particulier de l'éthanol.

« Quand on creuse un peu plus loin, on s'aperçoit que ce [la production d'éthanol] n'est pas nécessairement gagnant d'un point de vue de développement durable », dit Hugo Séguin, d'Équiterre. Tout en en indiquant que la production de biocarburants est une bonne chose, M. Séguin rappelle que la culture de maïs est parmi les plus polluantes.

L'usine de Varennes est la troisième usine d'Ethanol GreenField en activité au Canada, les deux autres étant situées en Ontario. Deux autres usines sont présentement en construction, toujours en Ontario. L'usine de Varennes pourrait quant à elle être agrandie au cours des prochaines années.

Rappelons qu'Ottawa a adopté récemment une réglementation pour imposer une concentration de 5 % de carburants renouvelables dans l'essence au Canada d'ici 2010 et une concentration de 2 % dans le diesel et l'huile de chauffage d'ici 2012.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.