•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore loin de l'égalité

Radio-Canada

Selon une étude de Statistique Canada, les femmes gagnent toujours près de 20 % de moins que les hommes, même si elles sont de plus en plus nombreuses à posséder un diplôme universitaire.

L'équité salariale entre les hommes et les femmes est encore bien loin d'être une réalité au Canada.

Une étude de Statistique Canada rendue publique mardi indique que les femmes gagnent toujours un salaire inférieur à celui des hommes, et ce, même si le nombre de femmes possédant un diplôme universitaire a augmenté au cours des années 90.

Ainsi, le nombre de femmes âgées de 25 à 29 ans ayant fait des études universitaires est passé 21 % à 34 % de 1991 à 2001. Chez les hommes, la proportion est passée de 16 % à 21 % au cours de la même période.

Malgré cette explosion des diplômées universitaires, les femmes de 25 à 29 ans gagnaient toujours, en 1991, 20 % de moins que les hommes du même âge. En 2001, l'écart s'est rétréci quelque peu, mais les femmes ont encore un salaire de 18 % moins élevé que les hommes. L'augmentation rapide du niveau de scolarité des jeunes femmes serait presque totalement responsable de cette baisse.

L'institut de statistiques explique en partie ce phénomène par la baisse du salaire dans les professions à prédominance féminine et la hausse de salaire dans celles où il y a davantage d'hommes. Selon Statistique Canada, les femmes choisissent d'exercer des métiers dans des domaines moins payants, comme l'éducation ou la santé. Les hommes, quant à eux, se dirigeraient davantage vers des domaines plus payants, comme les sciences, le génie et l'informatique.

Méthodologie

L'étude de Statistique Canada est basée sur les données du recensement de la population de 1981 à 2001. Elle avait pour objectif d'examiner le rôle de la hausse du niveau de scolarité des jeunes femmes dans la diminution des disparités salariales entre les sexes. Seules les personnes âgées de 25 à 29 ans qui ont travaillé en moyenne 30 heures ou plus par semaine pendant au moins 40 semaines au cours de l'année précédant le recensement ont été incluses dans l'analyse.