•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tension entre la communauté et les hassidim

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les récents incendies d'origine criminelle contre une synagogue et des bâtiments de la communauté hassidique ravivent des tensions.

La tension monte entre la communauté juive et certaines municipalités des Laurentides où les juifs hassidiques ont élu domicile durant la saison estivale.

L'incendie d'origine criminelle d'une synagogue en début de semaine à Val-David ravive les inquiétudes. Les juifs hassidiques sont nerveux, ils craignent de nouvelles attaques.

Le maire de Val-David, où la maison d'un rabbin a été incendiée en début de semaine, tente de les rassurer. « Moi, ce que je leur dis, c'est, vous êtes chez vous, explique le maire de Val-David. Et maintenant ce qu'on va faire, c'est sûr qu'on va les sécuriser. »

La Sûreté du Québec poursuit son enquête pour trouver le ou les coupables de l'incendie criminel. Les hassidim ont pris les devants en matière de sécurité. Ils ont décidé d'installer des caméras de surveillance sur des bâtiments qu'on a également tenté d'incendier.

Une journaliste à l'Écho du Nord, Diane Richard, rappelle que des actes criminels ont déjà été commis contre la communauté juive dans la région. « Il y a des choses qui remontent à 1985 où on avait incendié la synagogue qui était la maison du rabbin. »

Litige à Val-Morin

Rien ne va plus entre la communauté hassidique et le conseil municipal de Val-Morin. Les deux parties sont devant les tribunaux parce qu'une école et une synagogue auraient été construites illégalement en zone résidentielle.

La Cour supérieure a donné raison à la Ville, mais le Congrès juif canadien et la communauté hassidique ont porté la cause en cour d'appel. Les hassidim se disent déterminés à aller jusqu'en cour suprême si nécessaire. Ils invoquent la liberté religieuse protégée par la charte des droits et libertés. Le maire de Val-Morin, Jacques Brien, dénonce les coûts que cela entraîne pour sa communauté: « C'est une petite communauté de 2300 habitants. On est rendu à 70 000 $ de frais de justice. »

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.