•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec ajoute 40 millions

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La province veut réduire les listes d'attente et améliorer les services en déficience physique et intellectuelle ainsi que pour les troubles envahissants du développement.

Le premier ministre du Québec, Jean Charest, et le ministre de la Santé et des Services sociaux, Philippe Couillard, ont annoncé vendredi que le gouvernement accordait 40 millions de dollars supplémentaires pour réduire les listes d'attente et améliorer les services en déficience physique, en déficience intellectuelle et pour les troubles envahissants du développement.

Pour ce faire, Québec doit d'abord s'attaquer au manque de professionnels de la santé qui prodiguent ces soins. L'argent servira notament à la formation du personnel, comme des physiothérapeutes et des orthophonistes, dont manque cruellement le réseau de la santé.

La province augmentera aussi le soutien aux familles et l'aide à domicile.

Le ministre Couillard a déclaré que les besoins sont criants et ne cesseraient d'augmenter. « La demande de service augmente plus vite que le nombre de personnes que nous rejoignons [...] en bonne partie parce que les gens sont diagnostiqués plus rapidement et qu'il font des demandes de service plus rapidement aussi », a expliqué Philippe Couillard .

Répartition des sommes:

  • 10 millions pour le soutien à domicile et dans la communauté;
  • 5 millions pour augmenter les salaires des employés des personnes handicapées;
  • 24 millions pour les centres de réadaptation;
  • 1 million pour le développement de l'expertise, la recherche et l'évaluation;

À Québec, quelque 1200 personnes qui sont atteintes de déficience physique sont sur une liste d'attente pour des soins.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.