•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La foule des victimes « collatérales »

Radio-Canada

Selon un rapport d'une organisation de défense des droits au logement, les grands événements, comme les Jeux olympiques de Pékin, ont des conséquences catastrophiques sur des milliers de personnes à faible revenu.

Un rapport publié par le Centre sur les droits au logement et les expulsions (COHRE) montre que les grands événements ont un impact désastreux sur le logement social.

Le rapport, intitulé Franc jeu pour les droits au logement, révèle que les Jeux olympiques, depuis 20 ans, ont touché plus de deux millions de personnes.

Celles-ci ont été soit:

  • expulsées de leur logement;
  • expropriées;
  • victimes d'une forte hausse des loyers.

Le cas de Pékin

Pour les seuls Jeux qui auront lieu à Pékin, en 2008, le rapport signale qu'environ 1,25 million de personnes ont déjà été déplacées. Et ce n'est pas fini. Un quart de million supplémentaire aura été déplacé dans un an.

Le rapport ajoute que ces chiffres ne tiennent pas compte des quelque 400 000 migrants qui vivent dans une situation très précaire dans 171 faubourgs de Pékin.

Leurs représentants juridiques et les défenseurs du droit au logement qui contestent ou s'opposent aux expulsions sont soumis à des intimidations, à du harcèlement et, dans certains cas, à un emprisonnement pour leur activisme.

Extrait du rapport du COHRE

Les autorités chinoises contestent ces chiffres

Le ministère chinois du Logement n'a pas tardé à rejeter les chiffres du COHRE.

Selon un porte-parole du ministère, 6037 logements ont été démolis pour faire de la place pour neuf sites dans le cadre de la préparation des Jeux olympiques, depuis 2002.

Mais les Jeux précédents ont parfois été pires. Selon le rapport, 720 000 personnes ont été expulsées de leur domicile en 1988, pour les Jeux de Séoul, en Corée du Sud. De plus, les sans-abri ont été envoyés à l'extérieur de la ville.

À Barcelone, des centaines de familles ont été déplacées avant les Jeux de 1992, pour faire de la place pour :

  • le village olympique, plus de 400 familles;
  • le stade olympique, 20 familles;
  • la construction d'installations, 200 familles.

De plus, l'augmentation de 149 % des loyers entre 1986 et 1992 a forcé les personnes à faible revenu à se loger en dehors de la ville.

À Atlanta, en 1996, la hausse des loyers a entraîné le déplacement de quelque 30 000 personnes à faible revenu. Environ 2000 logements sociaux ont été démolis et une loi a été adoptée pour criminaliser les sans-abri. Ce sont les Afro-Américains qui ont été le plus durement touchés par ces mesures, selon le rapport.

Le Parlement grec a pris des mesures législatives pour simplifier les procédures d'expropriation en vue des Jeux d'Athènes, en 2004. En conséquence, des centaines de gitans ont été évacués de leurs campements.

Les autre cibles du COHRE

Mais il n'y a pas que les Jeux olympiques. Le rapport montre que tous les grands événements internationaux ont des effets négatifs sur le logement. C'est le cas de:

  • la Coupe du monde de football
  • les Expositions universelles
  • les réunions du FMI
  • les réunions de la Banque mondiale
  • les concours Miss Monde ou Miss Univers

Le rapport cite, à titre d'exemple, l'Exposition universelle de Knoxville, aux États-Unis, en 1982. Environ 1500 locataires ont été expulsés de leur logement à loyer modéré par leur propriétaire. Les propriétaires ont loué ces logements aux visiteurs de l'exposition.

Les expulsions, ajoute le rapport, peuvent avoir pour conséquence des violations directes des droits de l'homme fondamentaux, comme les droits:

  • au travail
  • à la nourriture
  • à la santé
  • à l'eau
  • à l'éducation

Londres dans la mire du COHRE

Le rapport de COHRE souligne que, cinq ans avant les Jeux qui se tiendront à Londres, en 2012, plus d'un millier de personnes sont menacées de devoir quitter leur logement, tandis que les prix du logement grimpent.

Le COHRE est une organisation de défense des droits au logement[[encadre entete="Le COHRE" ]], dont le siège social est à Genève.