•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fin de la gratuité?

Radio-Canada

L'ex-ministre libéral de la Santé, Claude Castonguay, mandaté par Québec pour écrire un rapport sur la réforme du financement du système, prône l'instauration d'un ticket modérateur.

L'ex-ministre de la Santé du Québec Claude Castonguay dit croire qu'il est temps de mettre fin à la gratuité systématique des soins de santé au Québec.

Lors du dépôt du budget, jeudi, la ministre des Finances du Québec a annoncé la nomination de M. Castonguay à la tête d'un comité qui doit produire, d'ici l'automne, un rapport sur la réforme du financement du système de santé.

Ancien ministre sous Robert Bourassa, M. Castonguay est critique de l'actuel régime d'assurance-maladie, qu'il a créé au début des années 70.

Qu'on demande un montant pour les soins médicaux, un montant qui apparaît raisonnable. Les sondages indiquent que les gens, la majorité des gens sont prêts à payer un tel ticket modérateur.

Claude Castonguay

Pour rénover un système qui représente maintenant un « gouffre financier », l'ancien président de la Banque Laurentienne souhaite que le coût des interventions dans un hôpital soit plus transparent. Il désire également permettre des ententes de services sur une base régionale.

M. Castonguay proposera donc au gouvernement une véritable révolution. Il pense que le monopole de l'État sur la gestion du système de santé doit prendre fin et que les médecins devraient être autorisés à avoir une pratique privée parallèle. Les usagers, eux, devraient avoir le droit de souscrire une assurance privée.

Pour l'instant, la Loi canadienne sur la santé interdit aux cliniques et aux hôpitaux de faire payer des frais additionnels aux assurés du régime provincial.

La loi fédérale, dans le moment, dit non. Mais une loi, c'est pas la Constitution, ça peut être changé.

Claude Castonguay

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.