•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'immigration réduirait les salaires

Radio-Canada

Statistique Canada estime que, depuis 1960, chaque augmentation de 10 % de l'offre de main-d'oeuvre provoquée par l'immigration aurait fait baisser les gains hebdomadaires des travailleurs de 3 à 4 %.

Selon une étude de Statistique Canada, l'immigration aurait tendance à faire diminuer les salaires des travailleurs, tant au Canada qu'aux États-Unis. Au Mexique, un exode des travailleurs entraîne plutôt les salaires à la hausse.

L'organisme a étudié les recensements décennaux de 1960 à 2000 des trois pays. Il a conclu que chaque augmentation de 10 % de l'offre de main-d'oeuvre reliée à l'immigration provoque une baisse des gains hebdomadaires de 3 % à 4 %.

Étant donné que le Canada et les États-Unis accueillent des centaines de milliers de nouveaux arrivants à chaque année, l'immigration a donc provoqué un recul des salaires moyens dans les deux pays. Par contre, au Mexique, d'où partent de nombreux immigrants illégaux vers les Etats-Unis, la baisse de disponibilité de la main-d'oeuvre a permis une amélioration des salaires.

L'agence fédérale précise toutefois que « la plupart de ces effets sont peu importants comparativement aux changements réels des salaires et ne représentent pas la principale explication de l'évolution de l'inégalité des gains dans ces trois pays. »

Des nuances à apporter

Statistique Canada révèle toutefois que la situation diffère au pays et aux États-Unis, surtout parce que les immigrants n'ont pas les mêmes qualifications quand ils arrivent dans leur pays d'adoption.

Au Canada, diverses politiques ont favorisé l'arrivée d'immigrants hautement qualifiés, qui possèdent des diplômes universitaires de deuxième et troisième cycles. Près de 40 % des détenteurs de maîtrise et de doctorat au pays étaient des immigrants, selon le recensement de 2000.

Cette situation a provoqué une baisse des salaires de 7 % dans cette catégorie de la population, et a contribué à réduire l'écart de revenu entre les travailleurs hautement qualifiés et les peu qualifiés.

Aux États-Unis, depuis 1965, l'immigration illégale a amené un flot d'environ 11 millions de travailleurs peu qualifiés. Cette situation a contribué à creuser un écart déjà très grand entre leurs salaires et ceux des travailleurs plus qualifiés. De 1980 à 2000, les travailleurs hautement qualifiés ont vu leurs revenus hebdomadaires croître de 20 % alors que ceux des moins éduqués ont baissé sensiblement.