•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'appel de Quebecor

Le propriétaire du Journal de Québec dépose une requête en appel du jugement de la Cour supérieure sur la légalité du journal parallèle des syndiqués.

Quebecor tente toujours de faire interdire la publication du Média Matin Québec.

Le propriétaire du Journal de Québec, Sun Média, a déposé mardi matin une requête en appel du jugement de la Cour supérieure sur la légalité du journal parallèle des syndiqués en grève et en lock-out du Journal de Québec.

La Cour d'appel a accepté d'entendre la requête de Sun Média. Le juge a indiqué qu'il se questionnait sur la liberté d'expression, un des arguments invoqués par les syndiqués.

« Le juge semble avoir eu certaines inquiétudes par rapport au jugement, au niveau notamment des paramètres du droit à la libre expression. Ce sont les mêmes craintes que l'employeur a manifestées depuis le début des procédures », soutient l'avocate de Sun Média, Me Lucie Parizeau.

Ces questions seront débattues le 7 septembre prochain.

Il y a deux semaines, la Cour supérieure a rejeté la requête de Quebecor qui invoquait que la publication du journal parallèle constitue un acte déloyal de la part des syndiqués, causant un préjudice important à l'entreprise de presse.

Le mois dernier, Quebecor a décrété un lock-out de la plupart des syndiqués du Journal de Québec, et les pressiers ont déclenché une grève la même journée en guise de solidarité.

Les syndiqués ont répliqué dans les jours suivants par la publication du Média Matin Québec, un journal gratuit distribué à 40 000 exemplaires.

Le porte-parole des syndiqués, Denis Bolduc, estime que Quebecor serait mieux de revenir à la table des négociations plutôt que de passer par les tribunaux. « Si Quebecor, pense qu'on va s'épuiser financièrement à publier ce journal-là, il va falloir qu'il attende longtemps. Mieux vaut pour Quebecor de s'asseoir à la table de négociations dès maintenant, plutôt que dans 6 mois, un an », dit-il.

Entre-temps, les employés en grève et en lock-out continuent de distribuer gratuitement leur journal. Mardi matin, le chef du NPD, Jack Layton, et son lieutenant québécois Thomas Mulcair ont distribué des exemplaires du Média Matin Québec avec les syndiqués du Journal de Québec.