•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau parti à l'horizon

Radio-Canada

Des anglophones de l'ouest de Montréal veulent mettre sur pied une formation politique pour les représenter à l'Assemblée nationale du Québec. Le parti se nommera Affiliation Québec.

Des anglophones de l'ouest de Montréal comptent lancer une nouvelle formation politique pour les représenter à l'Assemblée nationale du Québec.

Allen Nutik, un résident de Westmount, est à l'origine de ce nouveau parti qui aura pour nom Affiliation Québec.

Cette initiative est une manifestation de la déception des anglophones envers le Parti libéral du Québec. Ils se sentent trahis par les libéraux de Jean Charest, qui, selon eux, n'ont rien fait depuis qu'ils sont au pouvoir pour répondre à leurs attentes.

Les anglophones sont également insatisfaits du peu de place qui leur est faite dans le Conseil des ministres de Jean Charest. Le premier ministre a nommé Yolande James ministre de l'Immigration et des Communautés culturelles, mais elle demeure l'unique anglophone dans son cabinet ministériel. Au remaniement de février 2005, trois anglophones figuraient au Conseil des ministres, Lawrence Bergman, Geoffrey Kelley et Thomas Mulcair.

Quant à l'Action démocratique du Québec, les anglophones estiment qu'il n'y a rien pour eux dans le programme adéquiste.

L'assemblée de fondation d'Affiliation Québec se tiendra en fin de semaine. Si le regroupement réunit les conditions nécessaires pour l'obtention de statut politique autorisé, il deviendra le 14e parti au Québec.

Ce ne serait pas la première fois que des anglophones forment un parti politique. « Ils ont déjà formé le Parti égalité. C'était à la fin des années 80. Le parti a même déjà fait élire quatre députés. Il existe toujours, mais n'a pas présenté de candidats à la dernière élection », précise Allen Nutik.

Aucun thème sélectionné