•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marée humaine en perspective

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au moins un milliard de personnes seront forcées de migrer d'ici 2050 en raison de phénomènes liés au réchauffement climatique, estime l'organisation humanitaire britannique Christian Aid.

Au moins un milliard de personnes seront forcées de migrer d'ici 2050 en raison de phénomènes liés au réchauffement climatique, prévient l'organisation humanitaire britannique Christian Aid.

Dans un rapport intitulé « Marée humaine: la véritable crise migratoire », Christian Aid affirme que les migrations causées par les catastrophes naturelles, les conflits et les grands projets de développement vont s'accélérer avec les changements climatiques.

À l'heure actuelle, ces migrations sont évaluées à environ 163 millions de personnes. Elles grimperont à un milliard de personnes d'ici 2050, estime l'ONG.

Estimation des migrations d'ici 2050

  • Grands projets (mines, barrages, etc.): 645 millions de personnes
  • Changements climatiques (inondations, sécheresses, famines): 250 millions de personnes
  • Conflits et atteintes aux droits de l'homme: 50 millions de personnes
  • Selon Christian Aid, les pays développés, principaux responsables de la pollution à l'origine du réchauffement climatique, doivent prendre en charge l'aide aux populations les plus touchées.

    Nous pensons que les migrations forcées sont la menace la plus grave qui se pose pour les populations pauvres des pays en développement.

    John Davison, un des principaux auteurs du rapport de Christian Aid

    Les scientifiques pensent que l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre entraînera une hausse de 1,8 à 3 degrés Celsius au cours du XXIe siècle. Ce réchauffement climatique provoquera des inondations et des famines catastrophiques pour des millions de personnes.

    Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC)

    D'ici 2080, entre 1,1 et 3,2 milliards de personnes manqueront d'eau et entre 200 et 600 millions de personnes manqueront de nourriture.

    Les flux migratoires consécutifs à ces phénomènes risquent d'envenimer les conflits et en créer de nouveaux.

    Le scénario catastrophe possible est que nous vivrons dans un monde où il y aura beaucoup plus de Darfour.

    Rapport de Christian Aid

    Finalement, Christian Aid souligne que l'impact du réchauffement climatique demeure « la grande, l'effrayante inconnue de cette équation ». Car l'importance des changements climatiques déterminera l'ampleur des catastrophes qui en découleront.

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.